BFMTV

"C'est d'abord une question de santé publique": Anne Hidalgo réitère son souhait de rouvrir parcs et jardins

La maire de Paris souhaite que les espaces publics verts de la capitale rouvrent afin de permettre aux habitants de disposer de davantage d'espace, une demande à laquelle le gouvernement refuse pour l'heure d'accéder.

Alors que le pays est entré dans une première phase de déconfinement lundi 11 mai, Paris et l'Île-de-France demeurent en zone dite rouge concernant la circulation du virus. Cette classification entraîne des restrictions supplémentaires: les espaces verts ne peuvent pas rouvrir dans la capitale, ce que souhaiterait voir changer Anne Hidalgo.

"Je pense que c'est d'abord une question de santé publique. On peut prendre le métro et on ne peut pas marcher dans un parc. Bien sûr, (il ne faut pas les rouvrir) n'importe comment et là je suis entièrement d'accord", a réitéré ce mardi matin l'édile socialiste, invitée de BFMTV-RMC.

Fin de non-recevoir de Véran

Mardi déjà, Anne Hidalgo avait formulé cette requête, mais s'est heurtée à une fin de non-recevoir du ministre de la Santé Olivier Véran dans la journée:

"Non, nous n'ouvrirons pas les parcs et jardins à Paris et en Île-de-France ainsi que dans les autres régions qui sont classées rouges", a-t-il répondu. "Non pas qu'on n'a pas envie que les gens puissent sortir prendre l'air, mais ça peut-être extrêmement tentant de se regrouper."

Un remède à la densité de la ville

Pour Anne Hidalgo, cette réouverture s'impose de fait en raison de la configuration de la capitale. "Paris est une ville très, très dense. (...) Si vous n'ouvrez pas les parcs et jardins à la promenade, pas pour y faire des pique-nique (...), pour y faire du sport, pour marcher, juste se détendre et respirer, si on ne le fait pas, les Parisiens, les personnes sont renvoyées à des trottoirs, à des espaces comme les berges et on a vu le canal Saint-Martin, et il nous faut vraiment gagner de l'espace".

Et si cette réouverture entrait in fine en vigueur, Anne Hidalgo ajoute: "J'imposerai le port du masque" dans ces espaces verts.

Clarisse Martin