BFMTV

Véran répond à Hidalgo: "Non, nous n'ouvrirons pas les parcs et jardins à Paris"

Olivier Véran

Olivier Véran - Capture d'écran - BFM TV

Le ministre de la Santé dit craindre que les gens "ne respectent pas les groupes de dix et ne puissent pas respecter les conditions des gestes barrières".

"Compte tenu des besoins des Parisiens, car Paris est une ville très dense, je renouvelle ma demande d'ouvrir à la promenade les parcs et jardins avec port du masque obligatoire", a tweeté ce mardi Anne Hidalgo. Depuis plusieurs jours, la mairie de Paris souhaite que ses espaces verts puissent rouvrir au public, avançant notamment l'argument d'une meilleure distanciation sociale entre les Parisiens.

Mais cette idée n'est pas du goût d'Olivier Véran. Interviewé ce mardi lors d'une visite dans un Ehpad du Val-de-Marne, le ministre de la Santé et des Solidarités a répondu par la négative à la maire de Paris, dont la ville se situe toujours en "zone rouge", s'appuyant sur les images des quais de Seine bondés lundi.

"On peut comprendre le réflexe, mais attention, ça peut être dangereux. Non, nous n'ouvrirons pas les parcs et jardins à Paris et en Ile-de-France ainsi que dans les autres régions qui sont classées rouges", a martelé Olivier Véran. "Non pas qu'on n'a pas envie que les gens puissent sortir prendre l'air, mais c'est peut-être extrêmement tentant de se regrouper".

La crainte que "les gens s'amassent"

Le ministre de la Santé a expliqué craindre que "les gens s'amassent, ne respectent pas les groupes de dix, et ne puissent pas respecter les conditions des gestes barrières".

De son côté, la mairie de Paris estime à l'inverse que l'ouverture des espaces verts de la ville - dont l'autorisation dépend du préfet de Paris - permettrait de répartir les habitants et d'éviter des rassemblements massifs, comme celui observé lundi sur les bords du canal Saint-Martin.

Juliette Mitoyen