BFMTV

Borloo "va mieux" et alerte contre ceux "qui veulent détruire l'Europe"

Jean-Louis Borloo, dans le message vidéo qu'il adresse à ses amis de l'UDI et du Modem, le 18 mai 2014.

Jean-Louis Borloo, dans le message vidéo qu'il adresse à ses amis de l'UDI et du Modem, le 18 mai 2014. - -

Jean-Louis Borloo s'est exprimé pour la première fois, dimanche, depuis son retrait de la vie politique, en avril dernier, pour raisons de santé. Dans un message vidéo enregistré par l'UDI, il défend sa vision de l'Europe et encourage les gens à aller voter dimanche prochain.

Il est apparu barbu et les traits fatigués. Jean-Louis Borloo, ex-patron de l'UDI, qui avait annoncé son retrait de la vie politique le 6 avril dernier pour raisons de santé, est apparu pour la première fois dans une vidéo de l'UDI. Livrant un vibrant plaidoyer pour l'Europe.

"J'ai décidé, alors que je me tais et que je compte continuer à le faire, de dire un mot aujourd'hui à mes amis réunis, pour leur dire que jamais dans une élection européenne, la situation n'a été aussi radicale", y a-t-il déclaré.

"Il faut que je continue à me ménager un peu"

Au cours d'un long entretien avec le journaliste Jean-Jacques Cros, enregistré par l'UDI, Jean-Louis Borloo s'est d'abord confié sur son état de santé. "Ca va mieux, a-t-il indiqué. Au bout de quatre mois, les choses s'améliorent doucement. (...) Il faut que je continue à me ménager un peu", a-t-il cependant poursuivi.

L'ancien président de l'UDI s'est également réjoui du rapprochement avec le Modem, à l'approche des élections européennes. "J'ai le sentiment d'un travail accompli et ce que je vois de loin en ce moment, me remplit de joie et de satisfaction".

"Cette extraordinaire aventure européenne, cette idée formidable, elle est d'actualité. Plus que jamais, dans un monde complètement mondialisé. Il n'y aura pas de lutte contre les paradis fiscaux, une relative maîtrise des enjeux financiers, les grands projets de demain que sont l'Afrique, la mer et les océans, sans une union européenne", a-t-il plaidé.

"N'envoyez pas des gens qui veulent détruire l'Europe"

Pour Jean-Louis Borloo, "le vingt-et-unième siècle sera le siècle de l'Afrique". Et pour "des raisons humanitaires ou des raisons de notre propre développement, seul un projet européen, notamment porté par la France, permettra d'avoir une véritable stratégie".

"C'est la première fois qu'il y a des élections européennes où clairement le choix c'est: le démantèlement ou le progrès européen". Ajoutant: "Evidemment, c'est facile de critiquer, évidemment il y a des progrès considérables, évidemment que c'est une mutation permanente. Et c'est de notre responsabilité de continuer à oeuvrer dans ce sens là. "N'envoyez pas dans cette Union européenne, dans ce parlement, des gens qui n'aiment pas l'Europe. N'envoyez pas là-bas des gens qui veulent détruire l'Europe", a-t-il conclu.

M. R.