BFMTV

Bernadette Chirac salue l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy

Bernadette Chirac s'est félicitée vendredi de l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle, saluant un homme "très intelligent" qui a "l'expérience d'un mandat". /Photo prise le 17 février 2012/REUTERS/Caroline Blumberg

Bernadette Chirac s'est félicitée vendredi de l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle, saluant un homme "très intelligent" qui a "l'expérience d'un mandat". /Photo prise le 17 février 2012/REUTERS/Caroline Blumberg - -

TULLE, Corrèze (Reuters) - Bernadette Chirac s'est félicitée vendredi de l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle,...

TULLE, Corrèze (Reuters) - Bernadette Chirac s'est félicitée vendredi de l'entrée en lice de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle, saluant un homme "très intelligent" qui a "l'expérience d'un mandat".

L'épouse de l'ancien président Jacques Chirac a aussi loué la "courtoisie" du candidat socialiste François Hollande, président du Conseil général de Corrèze dont elle est membre.

"Il a bien fait, il était temps. Ça commençait à être un peu long", a-t-elle déclaré à propos de l'officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy mercredi soir sur TF1.

"Il est l'homme que je connais, c'est-à-dire très énergique, très travailleur, avec beaucoup de capacités. Il a subi la crise, il a présidé des G20 et toutes sortes de réunions", a-t-elle ajouté devant la presse avant une réunion du Conseil général consacrée au budget.

"C'est un homme très travailleur, très intelligent, remarquable et qui a l'expérience d'un mandat", a-t-elle ajouté à propos du chef de l'Etat.

A son arrivée dans la salle, François Hollande est allé serrer la main de Bernadette Chirac, qui a une place réservée au premier rang de l'assemblée.

"François Hollande, c'est mon président du Conseil général, je suis courtoise, nous n'avons que des relations professionnelles. C'est un homme très courtois", a-t-elle dit.

A la question de savoir si la courtoisie était aussi de mise entre les deux candidats dans le cadre de la campagne présidentielle, l'épouse de Jacques Chirac a répondu : "Je n'irai pas jusque là, chacun joue son jeu".

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse