BFMTV

Bachelot sur l'affaire Guéant : « Je n’ai jamais eu de valise pleine d’argent sur mon bureau »

Roselyne Bachelot, ancienne ministre aujourd’hui journaliste pour la chaîne D8

Roselyne Bachelot, ancienne ministre aujourd’hui journaliste pour la chaîne D8 - -

Roselyne Bachelot était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi matin. Mardi, dans son émission sur Direct8, l’ancienne ministre a taclé Claude Guéant dont les comptes intéressent la justice. Elle s'explique à nouveau ce mercredi et invite Claude Guéant à changer « de ligne de défense ».

Claude Guéant a tenté de se justifier mardi devant micros et caméras sur la provenance des 500 000 euros versés sur l'un de ses comptes et saisis en février dernier lors de perquisitions à son domicile et à son bureau d'avocat. « Non », dit-il, il ne s'agit pas d'argent libyen destiné à financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, pas plus que les factures payées en espèces dont les policiers ont trouvé la trace.
Pour les 500 000 euros, Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur maintient qu'ils proviennent de la revente, en 2008, de deux tableaux et qu'il est prêt à donner toutes les preuves aux juges. Quant aux factures réglées en argent liquide, il assure que cet argent provient de ses primes de cabinet, des fonds secrets non déclarés au fisc qui auraient dû disparaitre en janvier 2002.

« Guéant a intérêt à trouver une autre ligne de défense »

Ces explications de Claude Guéant ne semblent pas convaincre tout le monde. Notamment Roselyne Bachelot. L’ancienne ministre devenue journaliste sur la chaîne de la TNT, D8, a taclé mardi Claude Guéant : « Soit c’est un menteur soit c’est un voleur », a-t-elle lancé sur le plateau de Laurence Ferrari, pour qui elle intervient en qualité de chroniqueuse. Ce mercredi sur RMC, Roselyne Bachelot en remet une couche, invitant Claude Guéant à trouver de meilleures explications : « Il faut dire la vérité et Claude Guéant a intérêt à trouver une autre ligne de défense ».

« En 2002-2004, il n'y avait plus de fonds spéciaux »

Pour étayer son raisonnement, Roselyne Bachelot décrypte le fonctionnement des primes et des fonds spéciaux dans les ministères : « Il faut savoir que les fonds spéciaux servaient à rémunérer les ministres et leurs collaborateurs. Evidemment, tout ça était fait dans l’opacité la plus totale. Des ministres gardaient tout pour eux, quand d’autres distribuaient ces sommes en liquide qui arrivaient par valises », explique dans un premier temps Roselyne Bachelot, abondant alors dans le sens de Claude Guéant. Mais la journaliste change rapidement dans sa démonstration : « Quand Guéant est au cabinet de Sarkozy entre 2002 et 2004… quand on parle de fonds spéciaux, c’est impossible. Il n’y a plus de fonds spéciaux à cette époque ».

« Une explication terrible pour lui-même »

Face à Jean-Jacques Bourdin, Roselyne Bachelot poursuit : « Quand Claude Guéant dit que des fonctionnaires auraient été payés en liquide, c’est possible. Mais à ce moment-là, l’argent liquide servait à payer des fonctionnaires de police et non des membres de cabinet. Il aurait donc pris sur cette cassette destinée à payer des fonctionnaires de police, à son propre usage ? Je trouve que l’explication qu’il donne dans un deuxième temps est terrible pour lui-même. Il faut qu’il change de mode de défense. Ce que je dis, c’est que dans un premier cas, il y a dissimulation (s’il y a des fonds secrets au ministère de l’Intérieur, ça ne peut pas venir des fonds spéciaux qui ont été supprimés), et s’il a pris sur la cassette des fonctionnaires de police, c’est absolument anormal ».
A la question : « Avez-vous bénéficié de ces primes en liquide ? », Roselyne Bachelot a simplement répondu : « Je n’ai jamais eu de valise pleine d’argent sur mon bureau », précisant qu'à l'époque où elle était ministre, ces fonds spéciaux étaient déjà abolis.

« Je ne crache pas dans la soupe »

S’il n’a pas été le premier à dégainer, Claude Guéant, qui se justifiait à nouveau mardi soir sur France 2, ne s’est pas privé lui aussi d’envoyer un message en direction de Roselyne Bachelot : « J’admire la délicatesse de Madame Bachelot, qui sans doute peine un peu pour remonter [les audiences de] l’émission à laquelle elle participe ». Ce à quoi, sur RMC ce mercredi matin, Roselyne Bachelot a répondu : « Je suis maintenant journaliste sur D8 et les citoyens demandent des explications. J’ai une parole d’expert sur ce sujet. Quand je découvre cette affaire, je donne une explication. Je ne crache pas dans la soupe ». Et de préciser : « Dans cette affaire, je n’ai pas d’affect ».

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin