BFMTV

Après les violences, Collomb s'est rendu au commissariat de Champigny-sur-Marne

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, s'est déplacé au commissariat de Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, ce lundi soir pour y rencontrer les policiers après que deux de leurs collègues ont été blessés lors de la nuit du nouvel an. Il a brièvement pris la parole devant les médias.

Dans la soirée de ce lundi, Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, est arrivé au commissariat de Champigny-sur-Marne. Il venait pour s'entretenir avec les policiers après que deux agents ont été blessés lors de la nuit du nouvel an, au cours d'une intervention visant à ramener le calme dans une soirée qui dégénérait dans cette ville du Val-de-Marne.

Devant la presse, le commissaire a d'abord fait publiquement un point sur la situation. Avant de s'engouffrer dans le commissariat, Gérard Collomb s'est également exprimé. "Je suis venu ce soir porter mon soutien aux deux commissariats concernés, Champigny et Chennevières" auxquels étaient attachés les policiers, a-t-il commencé. 

"Les responsables auront des comptes à rendre" 

Evoquant les victimes, il a dit:

"Je les ai appelés tout à l’heure. Le capitaine a reçu un coup de poing à la figure et donc a le nez cassé. La gardienne de la paix a été projetée à terre et a eu très peur car elle était entourée d’une série de personnes qui mettaient des coups de pied et des coups de poings. Jeter une femme à terre, c’est déplorable, c’est une conduite inadmissible."

Au cours de cette conversation avec les victimes, le ministre a fait une promesse: "identifier celles et ceux qui sont responsables" de l'agression. "Ce qui est important c’est qu’on puisse voir les agresseurs et les auteurs de ces exactions. Ils auront des comptes à rendre", a-t-il poursuivi devant les journalistes, abordant le sujet des nombreuses vidéos des violences circulant sur internet. "La police est là pour protéger et elle se fait agresser. C’est inadmissible", a-t-il encore appuyé. 

Violences à Champigny, une "certaine sérénité" ailleurs 

Cependant, il a voulu élargir le bilan policier de la soirée de la Saint-Sylvestre, estimant que les agressions de Champigny-sur-Marne ne devaient pas masquer une nuit plutôt tranquille selon lui au plan national:

"Cette agression prend corps dans une fête de la Saint-Sylvestre qui s’est par ailleurs bien passée en France grâce aux effectifs de police. Dans le pays entier, nous n’avons noté que très peu d’incidents. Nos concitoyens ont pu vivre cette soirée particulière dans une certaine sérénité."

"Je regrette bien sûr les événements d’hier mais cela ne doit pas cacher que dans l’ensemble de la France les gens ont pu jouir de la Saint-Sylvestre de manière pacifiée", a-t-il insisté. 

Robin Verner