BFMTV

Après l'attaque des Champs-Elysées, Macron appelle "à ne pas céder à la peur"

Emmanuel Macron s'exprime vendredi 21 avril au lendemain de l'attaque des Champs-Elysées.

Emmanuel Macron s'exprime vendredi 21 avril au lendemain de l'attaque des Champs-Elysées. - Capture d'écran BFMTV

Le candidat d'En Marche! a appelé vendredi midi à "ne pas céder à l'intimidation", au lendemain de l'attaque des Champs-Elysées, et a dénoncé une "faute" de François Fillon.

Emmanuel Macron s'est exprimé vendredi à la mi-journée sur l'attentat de jeudi soir aux Champs-Elysées, au cours duquel un policier a été tué et deux autres blessés. Le candidat d'En Marche! a appelé "à ne pas céder à la peur".

"C’est la démocratie qui est visée, notre cohésion qu’ils veulent ébranler", a déclaré Emmanuel Macron, voyant dans cette attaque terroriste "la volonté de déstabiliser le pays, de l’atteindre dans ce qu’il a de plus fondamental."

"Ne cédez rien à la peur, ne cédez rien à la division, ne cédez rien à l’intimidation", a-t-il martelé, rappelant qu'il avait annulé deux rassemblements publics, "par décence", mais sans interrompre sa campagne, "car la démocratie est plus forte". 

Une "task force" contre Daesh

Le rôle du président de la République est de "protéger les Français" a-t-il affirmé, un rôle qu'Emmanuel Macron s’est dit "prêt" à endosser.

Il a notamment évoqué la création d'une "task force", un "organe de coordination capable d'agir 24 heures sur 24 contre Daesh", avec une consolidation du renseignement territorial. 

Une "faute" de François Fillon

Un renseignement territorial "affaibli" selon lui "il y a dix ans", alors que François Fillon était Premier ministre, entre 2007 et 2012. 

"Le renseignement territorial sera consolidé car une partie du combat que nous devons mener se joue dans le repérage et le traitement des personnes qui dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos prisons, se radicalisent", a-t-il annoncé lors de son allocution filmée. 

Emmanuel Macron en a profité pour rappeler qu'il souhaitait embaucher "10.000 policiers et gendarmes" lors du prochain quinquennat. Il a conclu sa déclaration par un extrait des Misérables:

"Tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, tenir bon, tenir tête, voilà l'exemple dont les peuples ont besoin et la lumière qui les électrise". 

L.A., avec AFP