BFMTV

Appel à la grève pendant le bac: Blanquer s'engage à ce qu'aucune épreuve ne soit annulée

Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer - Ludovic Marin - AFP

Le ministre de l'Éducation nationale a promis que les épreuves se dérouleront "de façon normale", malgré un appel à la grève de plusieurs syndicats de professeurs.

Jeudi, plusieurs syndicats d'enseignants ont renouvelé leur appel à la grève le 17 juin prochain, premier jour des épreuves du baccalauréat, menaçant de ne pas surveiller les épreuves de philosophie et de français. Une manière radicale pour protester contre la réforme du lycée et du baccalauréat de Jean-Michel Blanquer.

Invité sur l'antenne d'Europe 1 ce vendredi matin, le ministre de l'Éducation nationale a cherché à rassurer les parents et les élèves, en prenant "très clairement l'engagement" qu'aucune épreuve ne sera annulée pour le début du baccalauréat.

"Non seulement je prends cet engagement, et je dis à chacun de ne pas se laisser troubler par cela. C'est mon devoir de dire a chaque élève et à chaque famille, qu'ils ne doivent pas se préoccuper de ce sujet. C'est mon devoir d'assurer le fait que ça se passera bien. [...] Le baccalauréat se passera de façon normale", a assuré Jean-Michel Blanquer.

Peu de grévistes? Pas si sûr...

Le ministre de l'Éducation nationale n'a pas souhaité évoquer la possibilité d'épreuves non-surveillées, ajoutant qu'il ne se mettait "même pas dans cette situation". "Je ne pense pas qu'il y aura beaucoup de grévistes", a-t-il estimé.

Une remarque qui risque de faire grincer des dents les syndicats de professeurs ayant appelé à la grève. Car si Jean-Michel Blanquer se dit "serein", une consultation interne menée par le syndicat national des enseignants du second degré - à laquelle 12% des adhérents ont répondu - révèle que plus des trois quarts d'entre eux sont favorables à cette grève. D'autres syndicats ont également rejoint le mouvement pour protester contre cette réforme du lycée et du baccalauréat de Jean-Michel Blanquer.

Juliette Mitoyen