BFMTV

APL: la députée LREM Claire O'Petit demande aux jeunes d'arrêter de "pleurer pour 5 euros"

Capture d'écran de l'interview de la députée LREM Claire O'Petit, publiée par le Huff Post, le 24 juillet 2017.

Capture d'écran de l'interview de la députée LREM Claire O'Petit, publiée par le Huff Post, le 24 juillet 2017. - Huffington Post

Dans une interview donnée au Huffington Post, l'élue La République en marche a défendu le projet de baisse de 5 euros l'Aide Personnalisée au Logement et critiqué la colère des étudiants.

Depuis son annonce le week-end dernier, la baisse de cinq euros des Aides personnalisées au logement (APL) ne cesse d'alimenter les débats. Les associations étudiantes, et notamment la Fage (Fédération des associations générales étudiantes) ont été parmi les premières à réagir à cette mesure jugée "injuste". Interrogée à ce sujet par le Huffington Post, lundi 24 juillet, la députée LREM Claire O'Petit a pourtant incité les jeunes... à relativiser. 

"Ça va messieurs dames, si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans, vous commencez à pleurer pour 5 euros, qu'est-ce que vous allez faire de votre vie ?", a répondu celle qui officiait auparavant aux Grandes Gueules de RMC

"C'est ou ça, ou on augmente les impôts", a-t-elle poursuivi en assurant que les étudiants reçoivent également d'autres aides. "Il y a les transports moins cher, il y a la carte étudiant, il y a l'APL, il y a les bourses. Ça ne suffit pas, vous avez beaucoup d'étudiants qui sont obligés de travailler encore, c'est vrai. Mais bon sang, regardez un petit peu ailleurs !", a-t-elle lancé.

"Les étudiants qui touchent les APL touchent aussi une bourse normalement, et c'est très bien", a encore développé la député. C'est pourtant faux, l'attribution de ces aides n'étant pas automatiquement liée. 

"C'est quand même aussi avec nos impôts, faut pas l'oublier"

Taxant les étudiants de "corporation", elle a ajouté que ces derniers devaient participer à l'effort budgétaire. "Tant qu’on pourra continuer à leur donner les aides, c’est très bien", mais "cet argent il se fait pas comme ça [...] il faut que tout le monde participe", a averti Claire O'Petit. "Faites bien le calcul quand vous êtes étudiant. C'est quand même aussi avec nos impôts, faut pas l'oublier", a-t-elle argué.

Les aides personnalisées au logement bénéficient à 6,5 millions de ménages français, dont environ 800.000 étudiants et coûtent 18 milliards d'euros par an au budget de l'État. Une baisse de 5 euros par mois et par ménage économisera 32,5 millions d'euros mensuels aux contribuables. Mais selon la Fédération des associations générales étudiantes, l'enlever aux étudiants pourrait remettre en cause leurs études, déjà rendues difficiles par la crise des affections des nouveaux bacheliers.

Maëva Poulet