BFMTV

Affaire Hulot: le porte-parole de Yannick Jadot, Matthieu Orphelin, mis "en retrait de ses responsabilités"

Mathieu Orphelin à Paris le 25 juin 2020

Mathieu Orphelin à Paris le 25 juin 2020 - Thomas COEX © 2019 AFP

Proche de l'ex-ministre qui est accusé de viol et d'agressions sexuelles, Matthieu Orphelin a été mis "en retrait de ses responsabilités".

Matthieu Orphelin, porte-parole du candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot et proche de l'ancien ministre Nicolas Hulot accusé de viol et agressions sexuelles, a été mis "en retrait de ses responsabilités", a annoncé le directeur de campagne Mounir Satouri samedi à l'AFP.

"Il a été décidé de mettre Matthieu Orphelin en retrait de ses responsabilités de porte-parole dans la campagne présidentielle écologiste. La sérénité nécessaire à l'exercice de ses fonctions n'est plus possible suite aux révélations d'Envoyé spécial", a expliqué Mounir Satouri dans un communiqué, en référence aux nouvelles accusations portées contre Nicolas Hulot.

Les nouveaux témoignages à l'encontre de Nicolas Hulot alimentent "plein d'interrogations depuis quelques jours sur l'état de la réalité de ce que savaient les proches" de l'ex-animateur et ex-ministre, a ensuite précisé Mounir Satouri. C'est pourquoi il a été jugé "opportun de le libérer de cette responsabilité (de porte-parole, NDLR) et le laisser libre de ses réponses et de sa communication", a-t-il indiqué.

"Je n'ai jamais couvert le moindre agissement répréhensible de Nicolas Hulot"

Réagissant à cette mise en retrait dans un communiqué publié sur Twitter samedi soir, Matthieu Orphelin a expliqué en prendre "acte", et a affirmé n'avoir "jamais couvert le moindre agissement répréhensible de Nicolas Hulot". "Mon soutien est entier pour ses victimes qui ont eu le courage de faire ces témoignages terribles", a-t-il ajouté.

"J'avais signifié cette semaine à Yannick Jadot que je souhaitais mettre fin à mes fonctions de porte-parole avant le 20 décembre, après déjà plusieurs alertes -non entendues- au candidat Jadot ces dernières semaines, compte tenu des difficultés de la campagne et de ma non-adhésion à ses choix stratégiques : absence de mobilisation sur les jeunes, absence de considération pour la dynamique de la primaire populaire, tensions internes, difficultés à mobiliser toutes les composantes de l'écologie", a-t-il ajouté.

Matthieu Orphelin s'était dit, dans un communiqué publié vendredi, "sidéré par les témoignages entendus" dans le reportage d'Envoyé Spécial la veille et avait appelé à "renforcer notre vigilance collective et nos actions face aux comportements de violences faites aux femmes".

Le même jour, une ex-militante d'EELV, Pauline Lavaud, a dit sur BFMTV avoir été écartée de la campagne de Nicolas Hulot pour la primaire interne du parti en 2011 parce qu'elle "l'excitait trop". A la suite de ce témoignage, le collectif Pourvoir féministe a demandé des comptes via Twitter à EELV sur "l'identité des personnes qui ont écarté Pauline Lavaud" et Matthieu Orphelin pour savoir s'il "ignorait" cela.

"Yannick Jadot réaffirme son total soutien aux victimes et souligne le courage extraordinaire des femmes qui ont témoigné", a souligné le directeur de campagne dans son communiqué.

Une enquête préliminaire ouverte

Le parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête préliminaire après la diffusion d'une enquête retentissante de France 2 dans laquelle plusieurs femmes accusent Nicolas Hulot de viols et d'agressions sexuelles, qu'il nie farouchement.

Au moins six femmes, dont l'une mineure au moment des faits, mettent en cause Nicolas Hulot qui a longtemps été une des personnalités préférées des Français. Dans le reportage de 62 minutes diffusé jeudi soir dans l'émission Envoyé spécial, trois d'entre elles témoignent, dont deux à visage découvert.

Fanny Rocher avec AFP