BFMTV

276 matchs Les Républicains-En Marche au 2nd tour

Claude Goasguen, en ballotage défavorable face à la candidate LREM dans le 16ème arrondissement de Paris, bastion de la droite.

Claude Goasguen, en ballotage défavorable face à la candidate LREM dans le 16ème arrondissement de Paris, bastion de la droite. - THOMAS SAMSON / AFP

Les candidats macronistes seront présents dans 518 des 577 circonscriptions.

À l'issue d'un premier tour marqué par une abstention record (49,5%) et une large victoire de La République en marche, le contingent de candidats qualifiés aux seconds tours des 577 élections législatives est inédit à plus d'un titre. Avec 456 candidats qualifiés pour le second tour, dont 310 avec plus de 10% d'avance sur leurs adversaires de dimanche prochain, le parti présidentiel devrait s'adjuger la majorité absolue des sièges et entrer au palais Bourbon comme une force hégémonique.

Reports favorables aux macronistes

Une domination d'autant plus forte que le Modem de François Bayrou, allié de LREM, sera présent dans 62 circonscriptions au second tour. Une projection en sièges attribue ainsi entre 415 et 455 sièges pour la probable majorité, sur les 518 circonscriptions. Les positions centristes de ces deux partis devraient les avantager quasi systématiquement dans les reports de voix, par exemple dans les 74 duels avec la France insoumise et les communistes, ou dans les 104 confrontations avec le Front national.

De même, dans les 275 duels et la triangulaire qui opposent la droite aux partisans d'Emmanuel Macron, les suffrages de gauche devraient logiquement revenir en plus grand nombre à LREM et au Modem. Si le bloc LR-UDI a limité la casse au premier tour, il est aussi celui qui a le plus à perdre au soir du 18 juin face aux macronistes, les candidats de droite disposant d'une réserve de voix moindre en l'état. Seul espoir pour eux: parvenir à mobiliser.

Le nombre de qualifiés par forces politiques

Si le Front national et France insoumise (anciennement Front de gauche) réalisent, sans toutefois être à la hauteur de leurs résultats présidentiels, de nettes percées par rapport aux législatives de 2012, les deux formations devraient se heurter à un plafond de verre au second tour. Bien que le parti d'extrême droite ait doublé le nombre de ses candidats qualifiés en cinq ans, l'ancrage du FN dans le nord et le sud-est pourrait ne pas suffire face aux fronts républicains.

Le parti mélenchoniste pourrait quant à lui atteindre l'un de ces objectifs pour les législatives, en devançant le Parti socialiste à l'Assemblée nationale. Cependant, le faible score total du bloc de gauche au premier tour limite fortement les confrontations directes entre les deux formations. Le parti d'Epinay ne sera représenté directement que dans 65 circonscriptions, dont 44 face à des étiquetés La République en marche.

Les duels au second tour tendance par tendance

>> Visualisez tous les duels du second tour dans notre carte interactive Cliquez sur une circonscription pour connaître les deux candidats arrivés en tête lors du premier tour ce dimanche.

Émeline Gaube et Louis Nadau