BFMTV
Politique

2017: l'heure de Manuel Valls a-t-elle sonné? 

En renonçant à se présenter à l'élection présidentielle, François Hollande laisse une place pour Manuel Valls (photo d'illustration)

En renonçant à se présenter à l'élection présidentielle, François Hollande laisse une place pour Manuel Valls (photo d'illustration) - AFP

Après son renoncement pour 2017, François Hollande laisse la place à Manuel Valls. S'il se présente, le Premier ministre devrait défendre le bilan du chef de l'Etat et de la gauche de gouvernement et peut-être quitter son poste.

Manuel Valls a prévenu, il est "prêt à mener le combat pour 2017". Ce soir, François Hollande a annoncé qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle, laissant une place pour son Premier ministre. 

Valls n'est plus "coincé"

Pendant toute son allocution ce jeudi soir, François Hollande est revenu sur son bilan avant d'annoncer sa décision. Après cette annonce, c'est désormais celle de Manuel Valls qui est attendue. Le Premier ministre a fait savoir à plusieurs reprises qu'il n'excluait pas une candidature à la présidentielle. 

Fin novembre, il lâchait en petit comité : "Je n'ai renoncé à rien" et jusque là il était comme "un lion dans la cage, fou de ne pouvoir rien faire, coincé entre Macron et Hollande", glissait un ministre dans Libération. 

Porter le bilan du quinquennat, "pas un cadeau facile"

Depuis plusieurs semaines Manuel Valls développe une amorce de programme. Le 23 novembre, il précisait dans Les Echos sa vision d'une "mondialisation au service des peuples". Deux jours plus tard, il se disait "très déterminé" à "ne pas abandonner la gauche" pour 2017. 

Sans le chef de l'Etat, Manuel Valls est désormais libre de se présenter et devrait défendre son bilan. "C'est lui qui va porter le flambeau de cette gauche de gouvernement", a commenté Thierry Arnaud, journaliste politique sur notre antenne, "ce n'est pas un cadeau facile qu'il met dans les mains du Premier ministre ce soir". "J'ai l'impression qu'il est le remplaçant désigné", a assuré pour sa part Laurent Baumel, député PS, chef de file des frondeurs.

Une annonce ce week-end? 

Et si Manuel Valls s'engage dans la course à la primaire, le Premier ministre pourrait quitter son poste au gouvernement: "Il a fait cette analyse il y a longtemps", notamment parce qu'il était membre du cabinet de Lionel Jospin en 2002, commente Apolline de Malherbe, journaliste politique.

"C'est de plus en plus difficile dans ce contexte d'être à la fois en exercice et en campagne, en toute logique Manuel Valls va démissionner de Matignon", poursuit-elle. En attendant que son heure sonne officiellement, il s'est contenté de "saluer le choix d'un homme d'Etat". Manuel Valls pourrait profiter d'un grand rassemblement des socialistes, qui se tiendra samedi à Paris pour annoncer cette candidature. 

Mélanie Longuet