BFMTV

Violences policières présumées: "La faute paraît évidente" pour Nicolas Comte

Nicolas Comte, secrétaire général SGP Police-FO.

Nicolas Comte, secrétaire général SGP Police-FO. - BFMTV

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a décidé d'ouvrir une enquête après la diffusion ce jeudi d’une vidéo montrant un policier frapper au visage un lycéen. "La faute paraît évidente", a réagi Nicolas Comte, secrétaire général SGP Police-FO, ce vendredi sur BFMTV. "Mais il faut savoir quel était le contexte", a ajouté le syndicaliste. "Il est logique d’auditionner mon collègue. Il va devoir s'expliquer d'une double manière, administrative et judiciaire."

Quels risques?

"Ce policier risque des sanctions pénales pour des violences illégitimes (…) et la révocation", a indiqué Nicolas Comte. "On est la profession, dans notre pays, qui est la plus contrôlée", a estimé le secrétaire général SGP Police-FO. "Les sanctions sont souvent sévères, il n’y a jamais d’impunité", a-t-il conclu.

P. P.