BFMTV

La police des polices saisie après la diffusion d'une vidéo de violences policières

Une vidéo montrant un policier frapper au visage un lycéen a provoqué une vive émotion sur les réseaux sociaux. L'IGPN a été saisie pour définir s'il s'agit d'un cas de violences policières.

INFO BFMTV - L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a décidé d'ouvrir une enquête après la diffusion jeudi matin d'une vidéo sur les réseaux sociaux. Au delà de cette enquête administrative, le parquet de Paris a également décidé de se saisir de ce dossier en ouvrant une enquête pour "violences volontaires". 

Sur les images, on peut voir un lycéen, âgé de 15 ans, tenu par les bras par deux policiers lorsque l'un d'eux lui assène un violent coup de poing au visage. Selon plusieurs témoignages recueillis par BFMTV, la scène s'est déroulée aux abords du lycée parisien Henri-Bergson, pendant une manifestation de lycéens contre la loi El Khomri. Jeudi soir, le jeune lycéen était entendu par les enquêteurs de l'IGPN. 

"Images choquantes"

Sa mère a appris la nouvelle par les médias. "Je reviens du travail, c'est ma fille qui m'a appelée pour me dire que mon fils avait été frappé, a raconté à BFMTV la mêre du jeune garçon. Je ne sais même pas dans quel état il est. J'ai appelé mon mari, il m'a dit qu'ils sont en train de l'auditionner."

Immédiatement, Bernard Cazeneuve a réagi. Le ministre de l'Intérieur a indiqué que "ces images sont choquantes". "En fonction des résultats (de ces enquêtes, NDLR), des sanctions appropriées seront prises", a promis le ministre. La ministre du Travail a elle dénoncé un "comportement inadapté d'un membre des forces de l'ordre", après s'être entretenue avec le préfet de police de Paris. Le sénateur PS de Paris, Davis Assouline s'en est pris lui à des violences "inadmissibles et injustifiables".

Contexte tendu

Le contexte était particulièrement tendu, a précisé une source policière, qui ne souhaite pas commenter les faits. Plusieurs poubelles ont été brûlées et trois personnes ont été arrêtées en marge du blocus par les policiers, vraisemblablement, du XIXème arrondissement qui intervenaient.

Karim, 17 ans et lycéen dans l'établissement a assisté à la scène qui a débuté lorsque les élèves du lycée ont entamé le blocus. "On manifestait pacifiquement quand les policiers sont arrivés pour nous provoquer" raconte l'étudiant. Selon lui, quelques jets d'oeufs venus du camp lycéen aurait provoqué la réaction des policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Taches de sang au sol

Plusieurs témoins expliquent alors que l'adolescent frappé dans la vidéo aurait tenté de s'éloigner pour sortir du rayon d'action du gaz avant d'être mis au sol par trois policiers. Sur la vidéo incriminée, on entend les policiers crier à l'adolescent: "Lève toi! Lève toi!" Alors qu'il s'exécute sans opposer de résistance, le coup part et renvoie le jeune homme au sol, visiblement sonné, sous les cris des passants.

Sur une autre vidéo, qui semble avoir été filmée quelques secondes après la scène du coup de poing, on voit distinctement des taches de sang au sol, à côté du visage de l'adolescent. Posté sur Facebook, un montage de plusieurs vidéos réalisées près du lycée atteste de l'ambiance très tendue qui régnait dans la matinée de jeudi aux alentours du lycée Bergson. On y voit plusieurs policiers rudoyer des lycéens qui manifestent.

Un appel au rassemblement a eu lieu à 18 heures, notamment à l'appel de la FIDL. Environ soixante personnes étaient présentes devant l'établissement scolaire pour dénoncer la scène qui s'est déroulée dans la matinée. "Les élèves du lycée Henri Bergson ont la volonté de se mobiliser contre les violences volontaires", assure à BFMTV.com Alex Pellier, le vice-président du syndicat lycéen. Cette mobilisation pourrait se poursuivre vendredi.

Paul Aveline