BFMTV

Violences au concert de Jul: une enquête ouverte par le parquet de Paris

Le rappeur Jul

Le rappeur Jul - Thomas Samson- AFP

Des violences ont eu lieu mercredi soir en marge du concert du rappeur Jul à l'AccorHotels Arena à Paris. Il n'y a pas eu d'interpellations. La direction de la salle dit avoir porté plainte pour violences et dégradations. Une enquête a également été ouverte par le parquet de Paris.

Une rivalité de supporters à l'origine des incidents lors du concert de Jul mercredi soir à Paris? Des violences se sont produites lors de ce show du rappeur marseillais à l'AccorHotel Arena, des scènes filmées et largement partagées sur les réseaux sociaux.

Le spectacle parisien de Jul, dans le cadre de sa tournée pour l'album Rien 100 Rien, s'est déroulé sous tension, à l'extérieur de la salle comme à l'intérieur. Plusieurs incidents se sont déroulés: des spectateurs étaient munis de billets falsifiés, d'autres sont arrivés alcoolisés. 

Un groupe d'individus vêtus de noir, certains cagoulés, d'autres porteurs du maillot du PSG selon les témoignages, se sont mêlés à l'extérieur de la salle aux fans du rappeur qui eux étaient munis d'un billet. Ils ont alors provoqué des mouvements de foule et ont forcé l'entrée. La sécurité de l'AccorHotel Arena a dû fermer les entrées de la salle, selon les règles de sécurité prévues dans ce genre de situation. Des spectateurs, munis de billet, n'ont pas pu entrer et assister au concert.

Une plainte déposée

La direction de la salle a indiqué, ce jeudi, avoir porté plainte pour violences et dégradations. Le parquet de Paris a, de son côté, ouvert une enquête pour "dégradations en réunion, violences aggravées et participation à un groupement formé en vue de commette ces infractions", selon une source judiciaire. Cette dernière a été confiée confiée au service transversal d'agglomération des événements.

"Marseille not welcome"

Des fumigènes ont été tirés dans la salle, où environ 20.000 spectateurs étaient réunis, mais aussi une banderole où était inscrit "Marseille not welcome" a été déployée laissant donc penser que les perturbateurs sont des supporters du Paris-Saint-Germain. Le rappeur Jul étant un fervent supporter de l'Olympique de Marseille. Certains s'en sont pris physiquement à des spectateurs portant des vêtements à l'effigie de l'OM, selon les témoignages de personnes présentes dans la salle.

A l'intérieur, le service de sécurité de Bercy est parvenu à rétablir l'ordre permettant au concert de se dérouler jusqu'à la fin. A l'extérieur, la police a été sollicitée pour gérer une centaine de personnes alcoolisées. Il n'y a eu aucune interpellation.

Les Ultras du PSG se désolidarisent

Pour l'heure, le rappeur Jul n'a pas réagi à ces incidents. Son entourage déplore "un immense gâchis". La direction de la salle, en accord avec la production du concert, assure que les spectateurs qui étaient munis de billets et qui n'ont pas pu entrer dans la salle seront traitées au cas par cas. 

Le Collectif Ultras Paris a réagi aux événements ce jeudi. Dans un communiqué, le collectif évoque des "raccourcis douteux sur les réseaux sociaux" et se désolidarise des violences. "Nous n'acceptions pas d'être portés responsables de rixes provoquées dans un concert sur le simple fait que leurs auteurs étaient vêtus d'un maillot du PSG", écrit le collectif de supporters du club parisien. Hier soir, le collectif organisait mercredi soir un rassemblement place de la République en hommage aux victimes des attentats du 13-Novembre.

Justine Chevalier