BFMTV

Vincent Lambert: "sa hantise était de finir comme un légume", raconte son neveu

Le neveu de Vincent Lambert s'est aussi dit "écœuré" ce mardi sur notre antenne de l'attitude de l'avocat des parents et des images de liesse après l'annonce de la reprise des traitements pour le quadragénaire tétraplégique.

François Lambert, le neveu de Vincent Lambert, interrogé sur notre antenne ce mardi après-midi, affirme que son oncle paraplégique dans un état végétatif depuis 10 ans lui avait confié avant son accident que "sa hantise était de finir comme un légume".

Les parents de Vincent Lambert se déchirent depuis de longues années avec sa femme et son neveu, ainsi que plusieurs frères et soeurs du patient, car ils refusent catégoriquement l'arrêt des traitements de leur fils. Leur interruption, décidée après plusieurs décisions de justice, avait démarré lundi matin. Rachel Lambert, l'épouse de Vincent Lambert, s'était dite "soulagée" et avait lancé un appel à "la dignité". Mais à la surprise générale, la cour d'appel de Paris a ordonné la reprise immédiate des traitements lundi soir. Ils ont donc repris ce mardi matin.

Il en avait parlé "à sa femme et à son frère"

"Je trouve que ça veut dire quelque chose, même si ce n'est pas très précis", a déclaré François Lambert sur notre antenne. "À sa femme et à son frère, il en a parlé après un stage en réanimation où il avait vu des personnes dans l'état où il est maintenant. C'était déjà beaucoup plus précis, il savait quels étaient ces états-là", se souvient François Lambert.

Selon lui, "la raison pour laquelle il n'en a pas parlé avec ses parents, ce n'est pas pour rien, c'est parce qu'il savait que ce n'était pas forcément souhaitable de leur parler de ça. À nous, il nous a dit autre chose".

Plus tôt dans la journée, François Lambert s'est dit "écoeuré" et a jugé "complètement obscènes" les images de liesse des avocats et soutiens des parents de son oncle après la reprise des traitements de Vincent Lambert, ordonnée lundi soir par la justice lors d'un coup de théâtre.

Jeanne Bulant