BFMTV

Vidéo des attaques: la défense du patron du restaurant Casa Nostra prend l'eau

Des fleurs devant le restaurant la Casa Nostra, le 15 novembre 2015

Des fleurs devant le restaurant la Casa Nostra, le 15 novembre 2015 - Kenzo Tribouillard - AFP

Le Daily Mail réfute toute controverse après l'acquisition de la vidéosurveillance de La Casa Nostra. Pour le patron du restaurant, c'est sûrement un cousin éloigné qui a empoché les 50.000 euros.

Les images, très violentes, des caméras de vidéosurveillance du restaurant "Casa Nostra", frappé par les attaques jihadistes du 13 novembre, n'auraient pas dû être rendues publiques. Diffusées sur le site internet du Daily Mail, elles auraient été achetées 50.000 euros.

Le tabloïd britannique a défendu mardi "l'acquisition" de cette vidéo de la fusillade, estimant qu'"il n'y a rien dans l'acquisition par le Daily Mail de cette vidéo qui puisse faire l'objet d'une controverse".

"Elle a été obtenue sur fond de forte compétition entre les médias français et internationaux et fournit une perspective essentielle" sur les attentats, a estimé le porte-parole du journal, sans préciser dans quelles conditions le journal a mis la main sur les images.

Selon le journaliste indépendant Djaffer Ait Aoudia qui a filmé la transaction, le Daily Mail aurait versé "50.000 euros" au gérant du restaurant situé dans le 11e arrondissement. Dans l'édition de lundi du Petit journal de Canal+, il affirme que la transaction a eu lieu "samedi matin (...) le lendemain de l'attentat".

Des "preuves accablantes" contre le patron

Après avoir affirmé sur Nice matin, France 2, et RTL, n'avoir jamais touché d'argent, puis avoir accusé un cousin éloigné et suggéré une complicité du journaliste, le patron du restaurant semble désormais acculé. D'après Europe 1, qui a consulté les images non floutées de la transaction, des "preuves accablantes accréditent sa participation active".

"Le patron hésite mais accepte finalement la transaction. Il propose même une réduction si les Anglais achètent la vidéo, de moins bonne qualité, enregistrée sur son téléphone portable", décrit le site d'information.

La mairie de Paris a décidé de ne pas verser les 40.000 euros que doivent recevoir les commerces touchés par les attentats à la "Casa Nostra" tant que le patron ne fera pas bénéficier les associations d'aide aux victimes des 50.000 euros qu'il aurait touchés.

A. D.