BFMTV

Var: arrestation d'un forcené retranché pendant 30 heures, sa fille saine et sauve

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

L'individu qui s'était retranché avec plusieurs fusils de chasse a été placé en garde à vue.

Un homme, qui était retranché depuis une trentaine d'heures dans le Var avec sa fille, a été arrêté après un assaut du GIGN qui a aussi permis de libérer la fillette, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

"L'individu retranché a été interpellé cette nuit, dans le domicile où il se trouvait, à la suite d’un assaut donné à 00h20 par le GIGN, après plus de 30 heures de négociations. La petite fille est saine et sauve. L’individu a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie", a précisé cette source.

L'individu présentait des "signes de troubles du comportement"

Cet homme de 40 ans était retranché avec trois ou quatre fusils de chasse, selon le procureur de Draguignan Patrice Camberou, dans la maison de sa mère à Esparron, à une soixantaine de kilomètres de Draguignan.

Mercredi en début d'après-midi, les gendarmes avaient été appelés sur place pour intervenir au domicile de cet homme qui présentait des "signes de troubles du comportement", avait expliqué le parquet dans un communiqué.

Une information judiciaire bientôt ouverte

L'homme qui se trouvait avec sa fille a été pris en charge par les pompiers "afin d'envisager son admission à l'hôpital", mais sur le chemin entre son domicile et le véhicule des pompiers, l’homme leur a "faussé soudainement compagnie".

Il s’est alors enfermé avec sa fille à proximité, dans le domicile de sa mère, en pénétrant par une baie vitrée et en menaçant les gendarmes avec "une arme à feu", avait ajouté Patrice Camberou. Les gendarmes ont ensuite réussi à aider la mère et la soeur du quadragénaire qui se trouvaient à l'intérieur à quitter les lieux.

Le procureur a annoncé qu'une information judiciaire sera ouverte "dans les heures qui viennent" devant un juge d'instruction de Draguignan. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a quant à lui rendu hommage dans un tweet aux forces du GIGN en saluant leur "action déterminante".

H.G. avec AFP