BFMTV

Un détenu et une surveillante tombée sous son emprise condamnés à de la prison ferme

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Georges Gobet / AFP

L'homme détenu au centre de détention d'Argentin a réussi, en quelques mois, à avoir une emprise quasi totale sur la vie et les actes d'une surveillante pénitentiaire, au point de la téléguider via une oreillette et de lui faire enfreindre la loi.

En quelques mois, l'un des détenus du centre de détention d'Argentan, dans l'Orne, a réussi a avoir une emprise psychologique totale sur une surveillante pénitentiaire, au point de la téléguider jour et nuit via une oreillette et de lui faire quitter son mari, selon une information de Ouest France. Ils ont été jugés en comparution immédiate ce lundi au tribunal correctionnel d'Argentan.

Un algérien de 37 ans a commencé par lui exprimer des marques d'affection. Comme le détenu avait des tâches d'auxiliaire, ils se voyaient tous les jours, et la surveillante serait tombée amoureuse. A travers des pressions et de la manipulation, il parvient à lui faire déposer une demande de divorce et quitter son mari, à se convertir à l'islam, à se teindre les cheveux, et à arrêter la consommation du porc pour elle et ses enfants.

Son avocate explique qu'elle vivait "en permanence téléguidée", et n'arrivait pas à enlever l'oreillette, incapable de sortir de cette emprise. Selon Ouest France, la femme affirme avoir tenté d'envoyer des signaux d'alarme à ses collègues, ainsi qu'à la psychologue de la prison.

Déjà condamné pour des agressions sexuelles et un viol

D'après nos confrères, le détenu est même parvenu à lui faire enfreindre les règles strictes du centre de détention, alors que la surveillante a 17 années d'expérience dans le métier, à Fleury-Mérogis puis à Argentan. Elle a ainsi fait rentrer trois cartes SIM, cinq téléphones portable, et a transporté 4.000 euros à Paris, pour le compte du détenu.

Lors du procès, si le détenu a reconnu les faits, a affirmé regretter et s'est excusé, le procureur explique qu'il n'en était pas à sa première tentative, et aurait déjà tenté de convertir d'autres femmes en prison. Il aurait déjà été condamné pour plusieurs agressions sexuelles et un viol. La surveillante de prison écope de six mois de prison ferme avec mandat de dépôt, tandis que le détenu a été condamné à deux ans de prison, avec mandat de dépôt et maintien en détention.

Julia Galan