BFMTV

Troubles psychiatriques, conversion récente à l'islam: le profil de l'assaillant de Villejuif

Vendredi, en début d'après-midi, un homme tuait une personne et en blessait deux autres dans un parc de Villejuif, dans le Val-de-Marne, avant d'être abattu par la police. Le profil de cet assaillant âgé de 22 ans est de maintenant mieux connu.

L'équipée meurtrière s'est déroulée dans le parc des Hautes-Bruyères. Vendredi, un individu a tué un homme dans ce jardin public de Villejuif, dans le Val-de-Marne, et blessé deux femmes, dont l'épouse de la première victime. L'assaillant s'est ensuite dirigé vers un centre commercial de L'Haÿ-les-Roses où il a été abattu par la police. L'homme faisait l'objet d'un suivi psychiatrique "depuis l'âge de 5 ans". Le Parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé ce samedi se saisir de l'enquête.

Plusieurs séjours en hôpital psychiatrique

Le passé de l'assaillant, désormais mieux connu des enquêteurs, fait apparaître un profil complexe. L'homme, prénommé Nathan, est né en 1997 aux Lilas. Sans emploi connu, ni activité étudiante, il vivait dans le 14e arrondissement de Paris.

Lors d'une conférence de presse samedi après-midi, la procureure de Créteil Laure Beccuau a évoqué des "antécédents judiciaires pas remarquables". Il était connu pour "usage de stupéfiants" lorsqu'il était mineur ainsi que pour des violences lors des manifestations pendant le mouvement Nuit Debout.

Sur sa personnalité, il avait "une haute capacité intellectuelle" mais a eu “un suivi psychiatrique très tôt", dès l'âge de 5 ans, a fait savoir sa famille. Il a eu de nombreuses "hospitalisations", dont la dernière s’est achevée en mai dernier. Le mois suivant, il a arrêté son traitement médical.

Une famille "tout à fait normale"

Il s'était converti à l'islam en 2017. Dans son sac à dos, plusieurs livres ont été retrouvés, le "Coran" mais aussi des "ouvrages salafistes". Une lettre, qualifiée de "départ ou testamentaire" par Philippe Bugeaud, a aussi été découverte dans laquelle il "s’auto-flagelle".

"Il sait qu'il va peut-être faire le grand saut", a fait remarquer le directeur adjoint. 

Ses voisins ont évoqué auprès de notre antenne une personne "gentille mais agitée" et fragile psychologiquement. Tandis qu'une source proche de l'enquête a glissé que l'assaillant était issu d'une famille "tout à fait normale", les enquêteurs continuent d'étudier l'environnement de l'assaillant.

Alexandra Gonzalez avec Robin Verner