BFMTV

Triple homicide en Isère : La grand-mère parle d'un "piège"

C'est au premier étage de cet immeuble que les corps ont été retrouvés

C'est au premier étage de cet immeuble que les corps ont été retrouvés - -

Le téléphone portable du père d'une des fillettes assassinées, activement recherché par les enquêteurs, aurait été localisé en Italie.

Les enquêteurs sont toujours à la recherche du compagnon de la jeune femme de 26 ans qui a été retrouvée morte, jeudi à Vienne, en Isère, avec ses deux enfants. Son téléphone portable aurait été localisé en Italie, selon des informations de BFMTV.

Le corps des deux fillettes, un bébé de trois mois et une autre de cinq ans, ont été découverts dans le réfrigérateur et le congélateur de l'appartement situé au 1er étage d’un immeuble modeste, tandis que Coralie, leur maman, gisait derrière le canapé.

Coralie faisait partie d'une famille de cinq enfants. Pour sa maman, qui s'est confié à BFMTV, sa fille est tombée dans un guet-apens. Elle compte d'ailleurs porter plainte.

Selon elle, Coralie se méfiait du père de sa fille de trois mois depuis quelques temps. Ce Tunisien de 26 ans, condamné en mai dernier à quatre mois de prison avec sursis pour violences conjugales, est aujourd'hui le principal suspect. D’après certaines sources, le couple se serait violemment disputé lundi dernier.

Déjà condamné pour violences conjugales

Dans le quartier, les habitants sont sous le choc. "On connaissait la maman, oui", témoigne Brahim, un restaurateur voisin, sur BFMTV. "Je ne sais rien sur sa vie privée, elle venait manger souvent, mais seule. Je suis sous le choc, surtout pour les enfants, ça reste deux petits anges dans un frigo et un congélateur."

"C'était une cliente, elle venait avec ses enfants. Je ne l'ai jamais vue avec un homme", a également commenté la boulangère de la rue mitoyenne du lieu du drame. D'autres habitants de ce quartier d'Estressin, dans le nord de Vienne, non loin des quais du Rhône, ont aussi assuré l'avoir "toujours vue seule".

Une information judiciaire pour "triple homicide" a été ouverte. L’autopsie, prévue vendredi, doit déterminer comment les deux fillettes sont décédées. Quant à Coralie, la jeune maman, elle "présentait des blessures par arme blanche", selon le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat.