BFMTV

Trappes sous tensions

Quatre personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche à Trappes pour des jets de projectiles sur la police et des dégradations

Quatre personnes ont été interpellées dans la nuit de samedi à dimanche à Trappes pour des jets de projectiles sur la police et des dégradations - -

Manuel Valls a annoncé dimanche qu'"un dispositif de sécurité conséquent sera maintenu" à Trappes, après une deuxième nuit de violences dans la ville des Yvelines.

Voitures qui flambent, poubelles en feu, une deuxième nuit de tension a secoué Trappes samedi, plus de 48 heures après l’interpellation d’une femme voilée qui aurait mal tourné. Malgré les appels au calme du ministre de l'Intérieur et du préfet, Trappes s'est encore embrasée cette nuit et la tension a même gagné les villes d'Elancourt et de Guyancourt. 

"Il y a eu un regroupement d'une cinquantaine d'individus, avec des tirs de mortier et de fusées sur les fonctionnaires", a rapporté David Callu, du SGP Police, sur BFMTV.

La police avait, une nouvelle fois, déployé un important dispositif dans le quartier des Merisiers. Les CRS étaient également venus en renfort.

Quatre jeune écroués

Quatre des six jeunes hommes mis en garde à vue vendredi soir après des affrontements près du commissariat ont été placés en détention provisoire et comparaîtront lundi devant la justice.

Agés de 18 à 24 ans, ils sont convoqués pour un procès en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Versailles lundi après-midi.

Sur les deux autres hommes arrêtés, l'un a été relâché faute d'éléments mais l'enquête se poursuit. Le dernier a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Il doit être jugé en septembre.

"Un dispositif de sécurité conséquent"

Dimanche matin, la situation est revenue à la normale. Mais les renforts sont maintenus dans ce quartier classé zone urbaine sensible pour prévenir tout nouveaux débordements

Le ministre de l'Intérieur a annoncé dimanche qu'"un dispositif de sécurité conséquent sera maintenu". "Compte-tenu des incidents qui ont émaillé la nuit, et au cours desquels quatre individus ont été interpellés et une vingtaine de véhicules brûlés ou endommagés sur le district d'Elancourt, un dispositif de sécurité conséquent sera maintenu jusqu'à ce que le calme revienne de manière pérenne", selon un communiqué du ministre.

Ces violences sont en réaction à l'interpellation jeudi d'un homme qui s'était opposé au contrôle d'identité de sa femme, intégralement voilée.