BFMTV

Sécurité: les dangers d'un réveillon sur les Champs-Elysées

La fête sur les Champs-Elysées en 2014

La fête sur les Champs-Elysées en 2014 - Mathieu Alexandre - AFP

Le 31 décembre 2014, 600.000 personnes étaient venus attendre les douze coups de minuits sur les Champs-Elysées. En 2015, pour des raisons de sécurité, la tenue des festivités organisées par la mairie n'est pas assurée.

"D'un point de vue symbolique, ça nous ferait mal au coeur d'annuler" le réveillon sur les Champs-Elysées mais si "la préfecture de police le demande" il n'y a aura pas de fête sur la plus belle avenue du monde, confirme l'adjoint à la mairie de Paris Bruno Julliard dans les colonnes du Parisien jeudi. L'état d'urgence et les risques liés à la sécurité des personnes quelques semaines après les attentats de Paris serait un argument infaillible même si "rien n'a été arrêté" pour le moment, selon lui.

Crainte de mouvements de foule 

Néanmoins, le syndicat Alliance demande du répit pour les policiers "déjà très sollicités" par les attentats de janvier et de novembre mais aussi par la COP21. "Les collègues pourraient se passer de cette prise de risque et souffler un peu", explique encore Bruno Julliard au Parisien. D'autant que les autorités craignent aussi les mouvements de foule que pourraient provoquer des pétards par exemple. "Avec 600.000 personnes, cela suffit à faire des morts", dit une source au quotidien.

Quelle que soit la décision finale, il est de toute manière plus que probable que des milliers de personnes convergent vers les Champs-Elysées le soir du réveillon.

Pas de sapin devant Notre-Dame

Le 31 décembre 2014, 600.000 personnes étaient venus attendre les douze coups de minuits sur les Champs-Elysées et assister à un feu d'artifice, proposé pour la première fois sur les lieux. Anne Hidalgo s'était d'ailleurs inspiré d'autres grandes capitales du monde pour mettre en place l'événement.

Et alors que les associations de commerçants de Paris disent comprendre les mesures de sécurité qui accompagnent les manifestations habituellement prévues, la cathédrale Notre-Dame a renoncé, faute de budget sécurité, à installer son traditionnel sapin de Noël.

S.A.