BFMTV

Cellule islamiste: le recteur de la mosquée de Cannes évoque des "marginaux"

Coran - sourate Kaht

Coran - sourate Kaht - -

Parmi les jeunes radicaux musulmans arrêtés lors du coup de filet antiterroriste à travers la France, certains fréquentaient la mosquée de Cannes. Le recteur de la mosquée s'exprime.

Qui sont les jeunes radicaux musulmans attrappés la semaine dernière lors du vaste coup de filet antiterroriste et qui fréquentaient la mosquée de Cannes ? Dans un entretien à France Bleu Azur lundi matin, le recteur de la mosquée, Mustapha Dali, a apporté quelques réponses.

>> Retrouvez notre dossier spécial sur le coup de filet antiterroriste en cliquant ici.

Ces jeunes hommes, qui "restaient entre eux" traînaient, contrairement aux autres fidèles, aux alentours de la mosquée bien après la prière: "ils restaient devant le portail, dans le square, et jusque parfois tard dans la nuit" selon le recteur.

"Des marginaux"

"Moi je ne les voyais pas dangereux, je les voyais marginaux, ignorants de leur foi et de leur religion, avec beaucoup d'arrogance et beaucoup de prétention", a décrit lundi le recteur de la mosquée de Cannes, tout en déplorant n'avoir pas été averti par les autorités de leur "dangerosité" et leur passé de délinquants.

"Ce sont des cas isolés qui ne reflètent absolument pas la fréquentation de notre mosquée, mais qui manifestement par l'ignorance, par l'arrogance, par leur présence, se montraient sourds à tout appel, à toute discussion", analyse Mustapha Dali.

Parcours découverts "dans les journaux"

"Le parcours de ces gens là, que je découvre dans les journaux, c'est une stupéfaction totale, et bien entendu cela a soulevé une grande émotion au sein de la communauté", commente encore le responsable. Etait-il possible de deviner leur trajectoire extrêmiste ?

"Nous n'entrons pas dans la vie privée des gens", se défend aujourd'hui le recteur. "La mosquée est ouverte uniquement pour offrir aux fidèles un lieu propre pour pouvoir pratiquer leur religion. Une fois la prière terminée, qui dure dix minutes en général, ils sont sur la voie publique ce n'est plus notre affaire". Il souligne toutefois que la présence de la police aux alentours de la mosquée est constante, à travers des rondes dans le quartier.

BFMTV avec AFP