BFMTV

Bonbonnes de gaz à Paris: l'un des suspects voulait être gendarme

Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans un immeuble à Paris.

Quatre bonbonnes de gaz ont été découvertes dans un immeuble à Paris. - BFMTV

Il était surnommé "le gendarme" au sein de Forsane Alizza même s'il n'en a jamais occupé la fonction. Amine A., l'un des trois mis en examen vendredi après la découverte de bonbonnes de gaz dans un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, avait voulu passer le concours de gendarmerie en 2009. En vain.

Fiché S et connu pour ses liens avec l'organisation islamiste Forsane Alizza, Amine A., âgé d'une trentaine d'années, avait déposé un dossier pour passer le concours de sous-officier de la gendarmerie. Sa demande avait alors été rejetée.

Vendredi soir, trois personnes ont été mises en examen, notamment pour "tentative d'assassinat en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste". Amine A., son cousin Sami B., et Aymen B ont été écroués. Tous sont âgés entre 28 et 30 ans. Ils ont été confondus par une empreinte relevée sur l'une des quatre bonbonnes, reliées à un système de mise à feu, découvertes rue Chanez. 

"Les conséquences humaines et matérielles auraient pu être dramatiques, sans que l'on sache à ce stade les raisons pour lesquelles cet immeuble a pu être pris pour cible", avait rappelé vendredi François Molins, le procureur de la République de Paris.

J.C. avec Cécile Ollivier