BFMTV

Attentat de Strasbourg: "Je ne sais pas quelle est cette folie meurtrière" témoigne le père du tireur

Le père de l'auteur de l'attaque de Strasbourg a assuré ignorer comment son fils a pu passer à l'acte. Placé en garde à vue après s'être rendu de lui-même à la police, il a été libéré samedi.

Abdelkrim Chekatt explique n'avoir été au courant de rien. Placé en garde à vue après s’être présenté à la police suite à l’attentat de Strasbourg, le père du tireur a témoigné dimanche sur BFMTV, assurant ignorer qui avait pu l’entraîner dans "cette folie meurtrière". Sorti de garde à vue samedi, il a ajouté se sentir "très mal pour les victimes".

"On se sent très mal de ce qui est arrivé. C’est une tragédie, on se sent mal pour les victimes pour tout le monde. J’ai perdu un fils je suis triste pour lui aussi. Je ne sais pas quelle est cette folie meurtrière qui l’a pris ni qui l’a entraîné et lui a fait un lavage de cerveau. Je ne pourrais pas le détester mais ce qu’il a fait, je ne suis pas avec lui", a expliqué Abdelkrim Chekatt.

Une personne toujours en garde à vue

Samedi, il avait assuré sur France 2 avoir proposé aux forces de l'ordre de convaincre son fils de se rendre: "J’avais des doutes, je suis venu au commissariat de police. J’ai dit aux policiers, 'si jamais vous avez localisé Chérif, vous me le dites et je vais vers lui et j’essaierai de le raisonner pour qu’il se rende'", expliquait-il.

Deux autres proches de Chérif Cheklatt, le responsable de l'attaque ont été libérés dimanche. En tout, sept personnes de son entourage ont été interpellées après l'attaque de mardi. Une seule d'entre elles est toujours en garde à vue ce dimanche. Les enquêteurs cherchent à savoir si le tireur a bénéficié de complicité durant ses deux jours de cavale.

Hommage

Des centaines de personnes se sont réunies ce dimanche dans la capitale alsacienne pour rendre hommage aux victimes de l'attaque de mardi. Organisée par plusieurs associations de défense des droits de l'Homme, la cérémonie a duré une cinquantaine de minutes avant de s'achever sur une Marseillaise.

Mardi, Chérif Cheklatt, un délinquant de 29 ans multirécidiviste, avait ouvert le feu place Kléber a proximité du Marché de Noël de Strasbourg, tuant quatre personnes et en blessant 11 autres. Après deux jours de cavale, il a été abattu par trois policiers de la Brigade de sécurité publique (BSP) dans le quartier de Neudorf.

Loïc Besson et Alexia Ferré, avec Guillaume Dussourt