BFMTV

Relâché samedi, le père du tireur de Strasbourg assure avoir voulu convaincre son fils de se rendre

Le père de Chérif Chekatt, le terroriste de Strasbourg abattu par les forces de l'ordre, assure s'être présenté à la police pour pouvoir essayer de convaincre son fils de se rendre.

Placé en garde à vue après s’être présenté à la police peu après les faits, le père de Chérif Chekatt, l’auteur de l’attaque de Strasbourg qui a fait quatre morts et douze blessés mardi, assure sur France 2 avoir proposé aux forces de l'ordre de convaincre son fils de se rendre.

"J’avais des doutes, je suis venu au commissariat de police. J’ai dit aux policiers, 'si jamais ne vous avez localisé Chérif vous me le dites et je vais vers lui et j’essaierai de le raisonner pour qu’il se rende'", a-t-il assuré à France 2.

"Je l’aurais dénoncé à la police"

Le père du terroriste, a expliqué ne pas avoir eu de lien avec son fils pendant les deux jours de sa cavale, ajoutant avoir tenté de le contacter sans succès sur son téléphone : "Je l’ai vu trois jours avant les faits. S’il m’avait parlé de son projet, je l’aurais dénoncé à la police pour qu’il ne tue personne et qu’il ne se fasse pas tuer".

Aperçu par des policiers deux jours après la fusillade dans le quartier de Neudorf, Chérif Chekatt a tiré sur une voiture de police avant d’être abattu. Quatre personnes sont mortes dans la fusillade du marché de Noël et 11 autres ont été blessées.
G.D.