BFMTV

4 personnes soupçonnées de projeter des attentats à Paris arrêtées 

Selon les premiers éléments de l'enquête, les quatre personnes avaient discuté d'un projet d'attentat. Ils ont été arrêtés simultanément par la DGSI mercredi matin.

Quatre personnes ont été interpellées mercredi matin à l'aube dans le XVIIIe arrondissement à Paris mais aussi en Seine-Saint-Denis. Cueillies par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), elles sont suspectées de s'être préparées à commettre un attentat dans la capitale, a appris BFMTV, confirmant une information de TF1. Le 17 février le parquet de Paris avait ouvert une enquête sur une suspicion de la commission d'une action violente sur le territoire national.

Les quatre suspects, trois hommes et une femme, ont été placés en garde à vue dans les locaux de la DGSI, à Levallois-Perret. L'un des suspects est un citoyen français de 28 ans, Youssef, fiché S et assigné à résidence depuis les attentats du 13 novembre. Il est par ailleurs le compagnon de la femme arrêtée pendant ce coup de filet. Ensemble, ils ont baptisé leur fille "Jihad".

Déjà condamné pour un voyage en Syrie

Youssef, 28 ans, était connu des services de police. Il avait déjà été condamné en 2012 à 5 ans de prison alors qu'il tentait de quitter la France pour se rendre en Syrie participer au jihad. Il étant en relation avec deux franco-turcs sur les réseaux sociaux.

Selon les informations recueillies par BFMTV, les quatre individus avait formé le projet "intellectuel" de commettre un attentat en plein coeur de Paris. Les enquêteurs devront désormais déterminer quelle était la nature exacte de ce projet, et à quel point d'avancement les quatre suspects étaient arrivés.

Sur les lieux des interpellations, aucune arme n'a été retrouvée mais les enquêteurs se penchent sur du matériel électronique qui pourrait contenir d'autres éléments de preuve. Pendant les perquisitions toutefois, une cartouche de kalachnikov et un pistolet d'alarme, une arme non-létale, ont été retrouvés.

74 arrestations depuis janvier

Bernard Cazeneuve, réagissant à ces arrestations, a par ailleurs rappelé que les services français avaient déjà déjoué plusieurs tentatives d'attentats depuis le début de l'année. Il a expliqué que l'un des individus arrêtés mercredi "aurait pu" être en lien avec l'organisation Etat islamique.

Avançant le chiffre de 74 arrestations en lien avec des projets terroristes depuis le début de l'année 2016, le ministre de l'Intérieur a par ailleurs rappelé que "des arrestations de ce type arrivent tous les jours" expliquant que ces opérations ne signifiaient pas forcément pour autant l'imminence d'attaques terroristes. De son côté, François Hollande a rappelé que le niveau de la menace était "très élevé" et que la France était visée.

J.C. avec Sarah-Lou Cohen