BFMTV

Témoignage poignant de la mère de Pierre Choulet, mort en kamikaze en Irak

Pierre Choulet, le jeune homme de 19 ans parti faire le jihad et mort en kamikaze en Irak

Pierre Choulet, le jeune homme de 19 ans parti faire le jihad et mort en kamikaze en Irak - Welayat Salahuddin-AFP

Pierre Choulet, un jeune homme de 19 ans, calme et bon élève, est parti faire le jihad en Syrie en octobre dernier. Sa mère, Marie-Agnès Choulet, a livré vendredi un témoignage poignant à BFMTV.

C'est dans un mot laissé sur la table de son appartement que sa mère a appris le départ de son fils pour la Syrie, le 22 octobre dernier. Pierre Choulet, un jeune homme de 19 ans, décrit par sa mère comme un enfant calme et posé, avait décidé de rejoindre les rangs de l'Etat islamique. Sa mère est revenue dans un témoignage accordé à BFMTV sur l'évolution de son fils vers un islamisme radical et la découverte de son départ.

"Je suis parti aider les Syriens, ne vous inquiétez pas"

C'est lors d'une visite à l'appartement de son fils que sa mère, Marie-Agnès Choulet, découvre le départ de son son enfant pour la Syrie. "Le lundi, il m’a envoyé un message bizarre qu'il n'envoie jamais. Il mettait 'Chochotte', parce que j'étais sa 'chochotte' et puis rien derrière. Ça m'a choquée, j'ai eu l'impression qu'il voulait me dire quelque chose", explique-t-elle.

Marie-Agnès se rend ensuite à l'appartement de son fils. "La concierge m'a ouvert la porte et c'est là que j'ai vu son mot. Il a dit qu'il était parti aider les Syriens et les Syriennes, qu'il nous aimait et qu'il ne fallait pas qu'on s'inquiète", raconte-t-elle très émue. Après son départ, Pierre envoie régulièrement des mails à sa famille, dans lesquels il parle d'humanitaire, mais jamais de jihad. Sa mère n'est cependant pas dupe et comprend que son fils a probablement rejoint un groupe jihadiste.

Une radicalisation progressive

Passionné de foot et de vélo, Pierre est décrit comme un garçon calme et posé. Jusqu'en classe de première, date à laquelle il se convertit à l'islam, il est également très bon élève. Sa mère constate alors un changement dans son comportement. "Il y a eu un changement bien sûr. Il nous a parlé de l'islam, on s'est dit que c'était un passage. Pourquoi pas l'islam, ce n'est pas une religion qui est mauvaise. On n'aurait jamais cru que ça allait terminer dans le terrorisme. On ne connaissait pas du tout l'ampleur que ça a pris, on l'a su après". Selon ses parents, le jeune homme se serait radicalisé à la fac de Besançon, quelques mois avant son départ.

Elle découvre la mort de son fils sur Internet

Vendredi, Daesh a annoncé que "Abou-Talha al-Faransi", passé en Irak, était décédé dans une attaque menée à l'aide d'un camion piégé contre une caserne de miliciens chiites, à 160 km de Bagdad. Sur Internet, sa mère reconnaît immédiatement son fils. "Quand j'ai vu l'actualité, ça faisait sept minutes que je venais de la mettre, j'ai vu un Français, je me suis dit 'pourvu que ça ne soit pas le mien'. Ensuite j'ai vu son nom, Abou-Talha, et après j'ai vu sa photo, et j'ai vu que c'était mon bébé, mon petit", explique t-elle.

Le jeune Français est mort dans une attaque suicide en kamikaze en Irak.

Audrey Guiraud avec Sara Saidi et Sophie Hebrard