BFMTV

Taser: le Défenseur des droits dénonce la dangerosité de cette arme

L'année dernière, le Taser a été utilisé à plus de 1.000 reprises par les policiers et les gendarmes,  contre 800 fois en 2011. Uen des raisons qui pousse le Défenseur des droits à vouloir mieux encadrer son utilisation.

L'année dernière, le Taser a été utilisé à plus de 1.000 reprises par les policiers et les gendarmes, contre 800 fois en 2011. Uen des raisons qui pousse le Défenseur des droits à vouloir mieux encadrer son utilisation. - -

Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, a remis ce mardi un rapport sur les armes dites "non létales" utilisées par les policiers: Taser, flashball et lanceurs de balles de défense. Dans ce rapport que BFMTV a pu se procurer, il aborde notamment la question du Taser, pointant la dangerosité de cette arme de défense.

Le Taser a beau ne pas être une arme létale, les décharges électriques qu'il prodigue à la personne visée et qui se trouve de fait paralysée, sont à la fois douloureuses et dangereuses dans certains cas. Dominique Baudis, le Défenseur des droits, rend un rapport sur le sujet ce mardi et donne ses recommandations pour mieux encadrer l'usage ce cette arme.

Un usage parcimonieux surtout à faible distance

Le rapport s'inquiète tout d'abord de l'utilisation du Taser en mode rapproché, lors d'une opération de menottage par exemple. Ses effets, paralysie et douleur aiguë, sont assimilés à une forme de torture par le Comité contre la torture des Nations Unies. Cette pratique doit donc être limitée au maximum. Mais pour Patrick Ribeiro, du syndicat de police Synergie officiers, "il y a une différence entre une situation décrite dans un rapport et la réalité". "Maîtriser un individu bien bâti et de surcroît surexcité parce qu'il a pris des stupéfiants", souligne le policier.

Examen médical du tasé, caméra et formation

Dominique Baudis formule aussi d'autres recommandations telle la nécessité de faire examiner la personne "tasée" par un médecin. Les armes équipées de caméra sont également à privilégier. Enfin, la formation des policiers doit être renforcée, ce que concèdent certains policiers.


À LIRE AUSSI: >> Non-lieu rendu dans l'affaire du décès d'un homme neutralisé par un Taser >> Justice : taser mortel et prétendue Porsche de Besancenot à la barre

>> Espionnage de Besancenot : 15 mois avec sursis pour l'ex-distributeur du Taser