BFMTV

Takieddine en garde à vue, soupçonné d'avoir voulu s'enfuir

L'homme d'affaires Franco-libanais Ziad Takieddine a été placé jeudi en garde à vue

L'homme d'affaires Franco-libanais Ziad Takieddine a été placé jeudi en garde à vue - -

Ziad Takkiedine a été placé jeudi en garde à vue. Selon Mediapart, l'homme d'affaire se préparait à fuir.

L'homme d'affaire franco-libanais Ziad Takieddine, plusieurs fois mis en examen dans l'affaire Karachi, a été placé jeudi matin en garde à vue par les policiers qui le soupçonnent d'avoir voulu fuir le pays, a-t-on indiqué de source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart.

Cette source a précisé que Ziad Takieddine, qui est soumis en France à un strict contrôle judiciaire lui interdisant de quitter le pays, s'était notamment procuré un passeport diplomatique de République dominicaine.

Ziad Takkiedine est entendu par les policiers de la Dniff (Division nationale d'investigations financières et fiscales) à Nanterre. Une information judiciaire a été ouverte fin mai pour "corruption d’agents publics étrangers" et "escroquerie". Selon son avocat, joint pas BFMTV, Ziad Takieddine nie avoir voulu prendre la fuite.

Selon Mediapart, l'homme d'affaire se serait procuré ce passeport, aidé par un général de l'armée dominicaine, moyennant 200.000 euros payés depuis le compte d'un marchand d'armes dans une banque libanaise, via un avocat luxembourgeois proche de Takieddine. Une information judiciaire a été ouverte fin mai pour « corruption d’agents publics étrangers » et « escroquerie ».

Affaires Karachi et Kadhafi

Ziad Takieddine est visé par plusieurs mises en examen. Il est notamment poursuivi dans l'affaire Karachi pour recel d'abus de biens sociaux. Les juges soupçonnent que des commissions qu'il aurait touchées en marge de contrats d'armement conclus en 1994 pourraient avoir contribué à un éventuel financement illicite de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.

Placé sous contrôle judiciaire, ZiadTakieddine a par le passé fait plusieurs demandes de restitution de son passeport qui lui ont été refusées.

Le nom de Takieddine est également cité dans une information judiciaire ouverte en novembre 2012, notamment pour "blanchiment et corruption", concernant la saisie de 1,5 million d'euros en liquide que transportait l'homme d'affaires de retour de Libye le 5 mars 2011.

Il a par ailleurs plusieurs fois affirmé détenir les preuves d'un financement illicite par la Libye de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. Une information judiciaire a été ouverte à ce sujet en avril.

A LIRE AUSSI:
>> Affaires Karachi et Kadhafi: qui sont les protagonistes ?

M.R. avec AFP