BFMTV
Police-Justice

Stationnement: la mairie de Paris va porter plainte contre Streeteo

Des agents non assermentés auraient dressé des FPS (les nouveaux PV) à Paris.

Des agents non assermentés auraient dressé des FPS (les nouveaux PV) à Paris. - Streeteo

Une plainte sera déposée "dans les prochains jours" par la mairie de Paris contre Streeteo, la société à l'origine de couacs dans la verbalisation du stationnement. De faux contrôles et des contrôles illégaux sont notamment reprochés à l'organisme prestataire.

La plainte est prête à partir. Comme il l'avait annoncé lors du Conseil de Paris mi-mars, Christophe Najdovski l'adjoint aux transports de la mairie de Paris confirme dans une interview au Parisien le dépôt d'une plainte contre Streeteo "dans les prochains jours" pour "faux, usage de faux et escroquerie".

"La ville a été lésée dans cette affaire par Streeteo. Nous souhaitons donc que toute la lumière soit faite", explique Christophe Najdovski alors que Streeteo et Moovia, l'autre société chargée de la verbalisation du stationnement, sont reçues ce mardi par les élus parisiens à l'Hôtel de ville.

"Expliquer les dysfonctionnements"

Streeteo devra à cette occasion "expliquer les dysfonctionnements" constatés depuis la privatisation du stationnement le 1er janvier. La société a été épinglée pour plusieurs motifs, des faux contrôles de stationnement réalisés depuis les bureaux de la société à l'envoi d'agents non-assermentés sur le terrain. Sur ces pratiques litigieuses, le parquet de Paris a de son côté ouvert une enquête.

D'autres couacs ont aussi émaillé ces dernières semaines, notamment le contrôle positif au cannabis de deux agents de la société ou des automobilistes handicapés verbalisés à tort. 

"Nous nous réservons le droit de résilier ce contrat si de nouveaux problèmes surgissent", indique Christophe Najdovski, précisant que des "pénalités contractuelles" vont être appliquées.

Pas de remise en cause du système de verbalisation

Pour autant, l'adjoint d'Anne Hidalgo ne remet pas en cause le nouveau système de verbalisation du stationnement, confié à des sociétés privées.

"On entend parler d'un prestataire et pas de l'autre. Ce qui prouve que tout peut également bien se passer. Le système des FPS n'est pas mauvais", affirme-t-il. 

La mairie de Paris s'est engagée à mettre en place une procédure pour identifier et rembourser les automobilistes verbalisés par des agents non-assermentés. Lors du Conseil de Paris, Christophe Najdovski avait présenté le bilan chiffré de la réforme et assuré que sur les 4,42 millions de véhicules contrôlés en janvier et février, seuls 1,6% des FPS dressés étaient injustifiés et 0,18% "litigieux". 

C. B