BFMTV

Soupçons de financement libyen: Brice Hortefeux reste sous le statut de témoin assisté

Brice Hortefeux.

Brice Hortefeux. - AFP

L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux reste placé sous le statut de témoin assisté dans le dossier portant sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Brice Hortefeux reste sous le statut de témoin assisté dans le cadre de l'enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. L'ancien ministre de l'Intérieur était à nouveau auditionné ce jeudi matin par les juges d'instruction en charge du dossier qui n'ont pas décidé de sa mise en examen, n'estimant pas qu'il y a de charges suffisamment lourdes qui pèsent contre lui. Il reste donc placé sous ce statut intermédiaire entre la mise en examen et le simple témoin.

"Ayant donné tous ces éléments là, ayant pris en considération le fait que nous soulevons l'incompétence des juges d'instruction au bénéfice de la Cour de justice de la République, parce que il a agit en qualité de ministre, les juges d'instruction ont décidé en l'état de le maintenir sous un statut simple de témoin assisté", a réagi auprès de BFMTV Me Dupeux, l'avocat de Brice Hortefeux.

"Contre-vérités"

L'ancien ministre de l'Intérieur, sous la présidence Sarkozy, a été entendu à deux reprises dans ce dossier par les juges d'instruction, le 9 juillet dernier et ce jeudi. A chaque fois, Brice Hortefeux a fait des déclarations liminaires pour dénoncer "les incohérences, les contre-vérités, les invraisemblances qui découlent des déclarations de deux personnes qui l'accusent d'ailleurs d'avoir participé dans quelles conditions", a fait savoir son avocat. 

Depuis 2013, les juges d'instruction mènent de vastes investigations pour vérifier les accusations de financement libyen, formulées par l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine et d'anciens dignitaires du régime de Mouammar Kadhafi, l'ancien président libyen, qui n'ont cependant pas été matériellement étayées jusqu'ici. Les soupçons visant Brice Hortefeux reposent sur les accusations de Ziad Takieddine et d'Abdallah Senoussi, beau-frère de Mouammar Kadhafi et ancien chef des renseignements militaires libyens.

Sarkozy dénonce "un complot"

Ces derniers affirment que Brice Hortefeux a validé un accord avec le régime libyen sur les montants et les modes de versement de 5 millions d'euros pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans cette affaire, l'ancien président de la République a été mis en examen notamment pour "corruption passive" et "recel de détournements de fonds publics". Claude Guéant, alors directeur de la campagne, est également poursuivi dans cette instruction.

Mi-juillet, Nicolas Sarkozy a dénoncé sur BFMTV un "complot" contre lui pour lequel les responsables auront des "comptes à rendre". "Pour moi, il y a une seule chose qui est importante, c’est que les Français aient la vérité, toute la vérité", a-t-il ajouté. L'ancien président réagissait à la publication du témoignage dans le JDD d'un ancien collaborateur de Ziad Takieddine. Ce dernier l'a qualifié de "redoutable manipulateur". Il évoque également la note - publiée par Mediapart en 2012 - sur le versement des 5 millions d'euros, qui pour lui pourrait être un faux.

dossier :

Nicolas Sarkozy

Mélanie Vecchio avec Justine Chevalier