BFMTV

Soupçon d'agressions sexuelles: une personne accusant le nonce en France va saisir le Vatican

Luigi Ventura à Lourdes en novembre 2012. - REMY GABALDA / AFP

Luigi Ventura à Lourdes en novembre 2012. - REMY GABALDA / AFP - -

Mathieu de la Souchère accuse l'ambassadeur du Vatican en France, Mgr Luigi Ventura, d'agressions sexuelles. Estimant que "les choses n'avancent pas assez vite", il veut saisir le Saint-Siège.

Un des plaignants qui accusent l'ambassadeur du Vatican en France, Mgr Luigi Ventura, d'agressions sexuelles a annoncé mercredi son intention de saisir le Saint-Siège de cette affaire après avoir déjà déposé plainte en France.

"Les choses n'avancent pas assez vite"

"Comme les choses n'avancent pas assez vite, nous avons décidé de déposer plainte aussi au Vatican", a déclaré Mathieu de la Souchère, 27 ans, venu avec son avocat à Rome pour rencontrer le père allemand Hans Zollner, l'un des experts reconnus au sein de l'Eglise sur les scandales sexuels.

Cet universitaire et psychothérapeute est membre de la commission d'experts chargée de conseiller le pape sur les cas d'abus sexuels. Il a coorganisé la réunion inédite du pape François sur la "protection des mineurs" fin février rassemblant des évêques du monde entier.

"Nous avons rencontré le père Zollner, qui a reconnu la gravité des faits et nous a conseillé de nous tourner vers la secrétairerie du Vatican ainsi que l'ambassade de France auprès du Saint-Siège", a t-il précisé. 

"Nous étudions les voix d'action pour qu'une juridiction du Vatican soit, à coup sûr, saisie", a expliqué pour sa part son avocat, Me Edmond Fréty.

Mains aux fesses

L'affaire a éclaté en février avec la révélation de l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris. La mairie de Paris avait signalé au parquet que M. de la Souchère s'était plaint d'attouchements répétés du nonce apostolique (des "mains aux fesses") lors de la cérémonie des voeux aux autorités diplomatiques en janvier.

Deux autres plaignants se sont ensuite manifestés et avaient relaté des faits similaires datant de 2018. Ces trois hommes ont été entendus par les enquêteurs et une quatrième plainte a été déposée par un autre homme.

Lors de confrontations avec des plaignants organisées en mai dans le cadre de l'enquête, l'archevêque italien de 74 ans, qui est nonce apostolique en France depuis 2009, a nié les faits qui lui sont reprochés.

Le dossier bientôt transmis au Vatican ?

Selon M. de la Souchère, qui demande que l'immunité diplomatique de Mgr Ventura soit levée, six plaintes ont été déposées en France pour des faits similaires contre le prélat dont l'une émane "d'un diplomate du Quai d'Orsay et une autre d'un séminariste de 18 ans".

"Si l'immunité diplomatique n'était pas levée, il est possible que la procédure actuellement en cours en France soit transmise au Vatican", a déclaré Me Fréty.

"Notre préférence reste qu'une juridiction française reste en charge du dossier parce que les agressions ont eu lieu en France, que le parquet a fait une bonne partie du travail et que la France a demandé la levée de l'immunité", a-t-il conclu.