BFMTV

Sortis de prison, Kaaris et Booba s'expriment sur Instagram

Booba et Kaaris - Image d'illustration

Booba et Kaaris - Image d'illustration - AFP

Les deux artistes ont été placés sous contrôle judiciaire dans l'attente de leur procès, le 6 septembre.

Quelques heures après leur remise en liberté au bout de vingt jours de détention à la suite d’une violente bagarre survenue à l’aéroport d’Orly, les rappeurs Kaaris et Booba se sont exprimés sur les réseaux sociaux.

Dans la journée de vendredi, le premier cité a publié une photographie le montrant avec sa fille dans ses bras, tout sourire. Le cliché est accompagné de la légende suivante: "Papa va bien. Je resterai toujours debout pour toi." 

L’artiste en profite également pour remercier tous ceux qui l’ont soutenu durant son incarcération, sa ville de Sevran, ainsi que la Côte-d’Ivoire, pays dont il est originaire

Sur un ton plus caustique, Booba a quant à lui mis en ligne deux publications le même jour. Le premier est une photo prise par un passant lors de son interpellation à Orly, qui avait fortement amusé les réseaux sociaux. On y voit en effet le chanteur et un policier, très souriants. La photo est accompagnée du hashtag #behappy.

Le Duc de Boulogne a également publié une courte vidéo, surprenante, mettant en scène un chaton et un hamster jouant ensemble. Là, il précise qu’il sera "irréprochable." A sa sortie de prison, Booba avait promis un bon comportement, et qu’il ne ferait "aucune prise de parole d'ici le procès", avait assuré son avocat, Me Yann le Bras. "Il est temps maintenant de retourner à la sérénité et que ce dossier sorte un petit peu des médias" avait-il ajouté.

Procès le 6 septembre

Dans l’attente de leur procès qui doit avoir lieu le 6 septembre, les deux artistes resteront sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire français et d'entrer en contact l'un avec l'autre, avait ordonné la cour d'appel de Paris. Ils ont également dû remettre chacun une caution de 30.000 euros.

La cour a également ordonné la remise en liberté et le placement sous contrôle judiciaire de leurs huit proches qui sont poursuivis pour avoir participé à la bagarre. A l'exception de la caution qui ne concerne que les deux rappeurs, les mesures du contrôle judiciaire sont les mêmes pour tous les prévenus, qui devront tous remettre leurs passeports à la justice.

Hugo Septier