BFMTV

Seringue dans une école à Sevran: des parents d'élèves portent plainte

L'école élémentaire Emile Zola à Sevran

L'école élémentaire Emile Zola à Sevran - -

Des parents d'élèves ont porté plainte , après que des enfants se sont piqués en jouant avec une seringue dans leur cour d'école.

Des parents d'élèves ont porté plainte et dénoncé jeudi la "responsabilité" de la mairie de Sevran qui n'a pas pris, selon eux, de mesures pour protéger leurs enfants dont deux se sont piqués mardi en jouant avec une seringue dans leur cour d'école.

Les familles ont porté plainte contre X mercredi pour mise en danger de la vie d'autrui, a indiqué le président des parents élus au conseil de l'école élémentaire Emile Zola, Brahim Kechkeche. "Ce matin, beaucoup de parents d'élèves ont dit qu'ils allaient au commissariat pour porter plainte contre la mairie", a-t-il précisé.

Entre "300 et 350 seringues" récupérées chaque mois

La municipalité s'est défendue de tout laxisme vis-à-vis de ce problème, assurant qu'entre "300 et 350 seringues" étaient récupérées chaque mois par les services municipaux.

"La préfecture avait alerté dès le mois de décembre qu'il y avait de la drogue dure dans le quartier", a souligné Brahim Kechkeche, qui dénonce la position du maire EELV Stéphane Gatignon, partisan d'une légalisation du cannabis. "Il fait des appels pour la légalisation du cannabis, du coup ça crée un appel d'air à des drogues plus dures, la preuve!", s'est-il- indigné.

"Nous, parents d'élèves (...) engageons la responsabilité civile de la commune de Sevran pour les dommages causés à nos enfants pour défaut d'entretien de l'école, de négligence, d'imprudence et de non prise de précaution pour protéger nos enfants", écrivent-ils dans un communiqué.

Résultats des analyses connus la semaine prochaine

"Une centaine d'agents" ont par ailleurs été "informés et formés" sur cette problématique, lors de réunions animées par le directeur du centre municipal de santé, a ajouté la mairie, qui indique que "ce dispositif sera étendu aux personnels scolaires en partenariat avec l'Education nationale".

Des toxicomanes ont l'habitude de se cacher derrière un buisson situé à côté de la cour de l'établissement pour consommer de la drogue, et des seringues avaient déjà été retrouvées à deux reprises dans l'établissement depuis septembre. Mardi, deux enfants se sont piqués en jouant avec une seringue. Ils ont reçu un traitement préventif contre le VIH et les hépatites.

Selon la préfecture et le parquet, les résultats de l'analyse de la seringue, qui devaient être connus ce jeudi, ne le seront finalement pas avant la semaine prochaine.