BFMTV

Seine-Maritime: enquête ouverte à Dieppe après l'agression d'un militant anti-chasse

Après avoir reçu la plainte de la victime, les gendarmes cherchent à identifier les personnes qui étaient dans le véhicule 4x4 (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Après avoir reçu la plainte de la victime, les gendarmes cherchent à identifier les personnes qui étaient dans le véhicule 4x4 (PHOTO D'ILLUSTRATION) - DENIS CHARLET / AFP

La victime, membre du groupe Section anti chasse, suivait et filmait une chasse à courre à une cinquantaine de kilomètres au nord de Rouen, à Ardouval.

Une enquête a été ouverte à la suite d'une plainte d'un militant anti-chasse qui dit avoir été agressé alors qu'il filmait une chasse à courre samedi, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Dieppe et des gendarmes.

Le plaignant "dit avoir été frappé à coups de poing et de pied. Il dit s'être fait voler sa caméra GoPro et un talkie-walkie", a précisé à un correspondant de l'AFP le procureur de la République de Dieppe Étienne Thieffry, confirmant des informations du quotidien Paris-Normandie.

L'enquête a été ouverte pour "violences volontaires en réunion et vol", a aussi indiqué le magistrat.

Selon la gendarmerie, le plaignant est un militant du groupe Section anti chasse qui suivait et filmait une chasse à courre lorsque les faits sont survenus, aux alentours de 13h samedi, à Ardouval, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Rouen. Une dizaine de militants étaient sur place, selon la même source.

Les agresseurs présumés toujours en fuite

La victime présumée a été "agressée par un suiveur de chasse à courre" alors qu'elle était "proche d'un 4X4 immatriculé dans un autre département que la Seine-Maritime", selon les gendarmes. Elle a été transportée au CHU de Rouen.

Selon une vidéo diffusée sur la page Facebook de la Section anti chasse France après l'agression, la victime présumée saignait au niveau de la bouche tout en pouvant continuer à marcher et à parler.

L'enquête cherche à identifier et retrouver les personnes qui étaient dans le véhicule 4X4, selon les gendarmes.

S.B.-E. avec AFP