BFMTV

Rhône: le braquage surréaliste d'un McDonald's filmé en direct

Les deux auteurs, cagoulés au moment des faits, sont activement recherchés par les services de police.

La spectaculaire séquence a été, depuis ce week-end, vue et commentée à plusieurs milliers de reprises. La scène se déroule vendredi 27 décembre, aux alentours de 22 heures, dans le restaurant McDonald's de Meyzieu, quelques kilomètres à l'est de Lyon. 

Sous le regard éberlué des clients, deux hommes vêtus de noir pénètrent dans l'établissement, équipés d'une arme de poing, exigent des employés le contenu des tiroirs-caisses.

Le braquage tourne à l'échec

En l'espace de quelques secondes, le braquage tourne pourtant à l'échec, les braqueurs n'arrivant pas à s'emparer de l'argent. De manière plus générale, la vidéo à été pointée du doigt sur les réseaux sociaux pour ses côtés grotesques.

On y entend notamment un des deux braqueurs interpeller son complice par son prénom: "Viens là, viens là Rayan!". De quoi aider le travail des enquêteurs alors qu'une enquête de police a été ouverte. 

A quelques mètres à peine, les clients du restaurant semblent stoïques, toujours assis à leur table ou attendant leur commande. Un témoin particulièrement visible sur les images reste notamment les bras croisés, pourtant tout proche des braqueurs.

Un faux témoignage

A cette scène surréaliste s'est rajouté depuis un faux témoignage. Interrogé par plusieurs médias, Gianni (nom d'emprunt), assurait être "traumatisé" après avoir assisté à ce braquage. Dans une déclaration au Parisien, que nous avions reprise, il disait "faire des cauchemars". 

"Bizarrement, des gens continuaient tranquillement à manger comme si de rien n'était. Peut-être que c'était la peur. Pour certaines personnes, j'avais l'impression qu'il n'y avait même plus de sang qui coulait dans leurs veines, ils étaient tout blancs tellement ils avaient peur", affirmait-il encore. 

Or, il s'avère qu'il a inventé tout ce témoignage. Le 2 janvier il a publié une vidéo où il affirme ne pas être l'auteur de la vidéo.

"Tout ce que je dis sort tout droit de mon imagination. Merci aux journalistes d'avoir jouer le jeu", écrit-il avant de se montrer en train de répondre par téléphone aux questions de plusieurs médias, affublé d'une perruque blonde. 

"Je suis un blagueur. C’est un ami qui m’a envoyé la vidéo. J’avais envie de déconner et de faire le buzz", a-t-il expliqué au Progrès qui l'a contacté. "Plus c’est gros, plus ça passe. Tout sortait de mon imagination", a-t-il ajouté.

Hugo Septier