BFMTV

Revivez la journée d'hommage à Clément Méric

Clément Méric a été tué mercredi soir, des rassemblements s'organisent dans toute la France ce samedi.

Clément Méric a été tué mercredi soir, des rassemblements s'organisent dans toute la France ce samedi. - -

Une information judiciaire pour "homicide volontaire" a été ouverte visant le principal suspect, tandis qu'un défilé d'hommage a rassemblé plusieurs milliers de personnes. Revivez les événements de la journée.

Trois jours après l'agression qui a coûté la vie à Clément Méric, un jeune militant d'extrême gauche, l'enquête progresse. Sur les huit personnes interpellées, trois ont été relâchées. Les cinq autres ont été déférées vendredi soir. En parallèle, plusieurs hommages à Clément Méric ont été organisés dans l'après-midi, à Paris et en province.

Revivez les principaux événements de ce samedi.

17h52 - 4.000 personnes ont défilé entre Bréguet-Sabin et Gambetta

Environ 4.000 personnes, selon la police, ont défilé dans le calme entre Bréguet-Sabin (XIe arrondissement), près de Bastille et la Place Gambetta, au nord-est de la capitale, où le cortège a fini de se disperser vers 17 heures.

Criant des slogans comme, "Clément, Clément, antifa" ou "pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos", les manifestants tenaient à rendre hommage à leur camarade, tué à 18 ans, tout "en continuant son combat".

Comme ce kiosquier, titre toi-même ton #Libé. twitter.com/JeromeBalazard...
— Jérôme Balazard (@JeromeBalazard) 8 juin 2013

17h46 - Les groupes politiques dissous en sept étapes clés

La procédure de dissolution du groupuscule d'extrême droite s'ajoute à une liste de près d'une soixantaine d'organisations ou groupes politiques dissous par le pouvoir depuis 1958. Retour sur ces vagues de dissolution dans l'histoire.

16h39 - Ayrault lance la procédure de dissolution sur la base d'éléments antérieurs au décès de Méric

Jean-Marc Ayrault a lancé samedi la procédure de dissolution du groupuscule d'extrême droite Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) sur la base d'éléments antérieurs et "plus larges" que la rixe au cours de laquelle Clément Méric a trouvé la mort, indique Matignon.

16h33 - "L'antifascisme va au-delà des partis politiques"

Olivier d'action antifasciste Paris-banlieue dévoile l'objectif de la marche en hommage à Clément Méric. "On a voulu cette marche dans la tradition la plus proche de ce qu'était Clément", souligne-t-il. "On estime que l'antifascisme va bien au-delà des partis politiques".

15h10 - Quelques miliers de personnes défilent à Paris en hommage à Clément Méric

"Cet assassinat est politique" et "la montée de l'extrême droite actuelle est une réalité, elle n'est pas fantasmée", a déclaré à la tête du cortège Olivier, l'un des membres du groupe Action anti-fasciste Paris-Banlieue auquel appartenait le jeune homme tué.

Parti de la station de métro Bréguet Sabin, près de la place de la Bastille, le cortège doit se diriger vers la place Gambetta dans le nord-est de la capitale.

14h40 - Les rassemblements à la mémoire de Clément Méric commencent

Différents rassemblements ont prévu ce samedi après-midi dans toute la France pour saluer la mémoire de Clément Méric. Des messages comme celui tweeté par une internaute s'affichent dans la rue: " Clément à jamais dans nos mémoires, à jamais dans nos cœurs".

Pls centaines de personnes rassemblées à Bréguet-Sabin, à la mémoire de Clément #Méric twitter.com/raphaellebd/st...
— R_Besse_Desmoulieres (@raphaellebd) 8 juin 2013

14h15 - La dissolution des JNR: "des mots" pour Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen réagit à la demande de Jean-Marc Ayrault d'engager une instruction pour dissoudre les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR): "Les dissolutions, ce sont des mots, on sait très bien que les organisation dissoutes renaissent"

13h55 - Des manifestations en province aussi

En province aussi, on manifeste pour Clément Méric. C'est le cas à Auch, dans le Sud-Ouest, où 150 personnes ont bravé la pluie pour rendre un dernier hommage au jeune homme, rapporte Sud-Ouest.

13h50 - Valls promet d'être "impitoyable"

En marge d'un passage à Villeneuve-sur-Lot, le ministre de l'Intérieur a affirmé samedi que le gouvernement serait "impitoyable" à l'égard de ceux qui "nient les valeurs de la République, qui portent la haine".

"Ce qu'a dit le procureur" de la République de Paris "atteste de la nécessité de cette procédure" [de dissolution des JNR], a-t-il justifié, et le Premier ministre "m'a demandé d'étudier aussi toutes les autres possibilités" de dissolution d'autres groupes nationalistes.

13h45 - "Les JNR ne sont pas impliquées", dit Serge Ayoub

Le leader des JNR Serge Ayoub condamne la décision de Jean-Marc Ayrault de dissoudre les JNR. "C'est bizarre, ils ne sont pas impliqués dans l'affaire", a déclaré Serge Ayoub. Les JNR, "ça n'a pas de statut, pas de structure juridique, ça n'existe pas", dit-il. "En voulant mettre en pièces l'extrême droite, Ayrault met en pièce l'intelligence", ajoute-t-il.

13h30 - Rassemblement à la mémoire de Clément Méric

Le principal rassemblement en hommage au jeune homme doit bientôt commencer. Le départ a lieu à 14 heures du métro Bréguet-Sabin. Il est organisé à l'initiatives des "Antifa", dont faisait partie Clément Méric, mais est ouvert à tous, à condition de s'y rendre "sans drapeaux ni signes d’appartenance à quelconque organisation", avait précisé l'Action antifasciste Paris-Banlieue sur sa page Facebook.

Pourtant, de nombreuses organisations politiques de gauche ont prévu de s'y associer, comme le Parti de gauche ou encore les Jeunes écologistes.

Dernier hommage #Antifa à Clément aujourd'hui 14h à Breguet Sabin (Paris). Les @jeunesecolosidf et @wandrille_ y seront.
— Jeunes Écologistes (@Jeunes_Ecolos) 8 juin 2013
Le parti de gauche s'associe à la marche pour #Clément qui part ce jour de Breguet Sabin à 14h pour se rendre via Oberkampf à Gambetta.
— pg-paris11 (@PgParis11) 8 juin 2013

13h15 - Comment dissoudre les JNR?

Pour dissoudre ce groupuscule d'extrême droite, Jean-Marc Ayrault a demandé à Manuel Valls "d'examiner les conditions d'application de l'article L.212-1 du code de la sécurité intérieure issu de la loi du 10 janvier 1936 aux groupuscules d'extrême droite qui provoquent à la haine raciale, antisémite, sénophobe et homophobe."

Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), comme le groupuscule Troisième voie, est un petit mouvement d'extrême droite radicale dirigé par Serge Ayoub, l'ancien chef des skinheads parisiens.

Les cinq personnes impliquées dans la bagarre à l'issue de laquelle est mort Clément Méric, ont reconnu être sympathisantes de Troisième Voie.
>> Mort de Clément Méric: "les JNR de Serge Ayoub vont être dissoutes"

12h35 - Dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires

Jean-Marc Ayrault annonce samedi matin avoir demandé au ministre de l'Intérieur Manuel Valls 'd'engager immédiatement" une procédure en vue de la dissolution du groupuscule d'extrême droite Jeunesses nationalistes révolutionnaires.

Le Premier ministre "a également demandé au ministre de l'Intérieur de poursuivre l'examen des conditions dans lesquelles d'autres associations ou groupements de fait pourraient faire l'objet de la même procédure", poursuivent ses services dans un communiqué.

>> Groupuscules d'extrême droite: la dissolution est possible mais risquée

11h20 - Que s'est-il passé ce mercredi après-midi?

François Molins est revenu sur la rencontre entre ces jeunes militants d'extrême gauche et des skinheads d'extrême droite. Il explique que leur rencontre à une vente privée de la marque Fred Perry était "fortuite". Selon l'enquête, les amis de Clément Méric ont d'abord apostrophé leurs ennemis, en criant vers eux: "les nazis viennent faire leurs courses". C'est ensuite que la situation a dégénéré, les skinheads ayant appelé des renforts. Des coups ont ensuite été échangés, dont celui coûtant la vie à Clément Méric.

11h10 - Esteban reconnaît avoir porté deux coups

Esteban a reconnu en garde à vue avoir porté deux coups, à mains nues, dit-il, sur Clément Méric, dont celui qui l'a fait chuter, poursuit François Molins. Un amie de Clément Méric affirme l'avoir vu avec un poing américain. Le procureur a par ailleurs confirmé que le jeune homme homme est mort des suites des coups qu'il a reçus au visage, et non pas à la suite de sa chute.

11h05 - Homicide volontaire requis contre Esteban

Le parquet a requis la qualification d'homicide volontaire contre Esteban, annonce le procureur François Molins. Agé de 20 ans, Esteban est soupçonné d'avoir porté le coup qui a coûté la vie à Clément Méric. De plus, le parquet requiert un mandat de dépôt contre quatre suspects.

10h45 - Un ami de Clément témoigne

Sur France 3, un ami de Clément Méric, membre comme lui du mouvement Action Antifasciste Paris-Banlieue, revient sur la bagarre qui a coûté la vie au jeune homme. Une bagarre qui a commencé par des "invectives verbales" de la part des jeunes militants de gauche, mais qui aurait dégénéré à cause des skinheads d'extrême droite.

10h30 - Cinq personnes devant le juge samedi

Les cinq suspects interpellés jeudi dans le cadre de l'enquête devraient être présentés à un juge d'instruction ce samedi. Agés de 19 à 32 ans, ils sont connus pour graviter dans les milieux d'extrême droite.

>> Mort de Clément Méric: cinq personnes devant le juge

|||>> L'ESSENTIEL
• Une information judiciaire pour "homicide volontaire" a été ouverte visant Esteban, le principal suspect

• Le parquet a requis le placement en détention provisoire de quatre suspects

• Ayrault lance une procédure de dissolution du groupuscule d'extrême droite Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR)

A. K. et M. P.