BFMTV

Mort de Clément Méric: cinq personnes devant le juge

Cinq personnes devraient être présentées à un juge samedi, dans le cadre de l'enquête sur la mort du jeune Clément Méric.

Cinq personnes devraient être présentées à un juge samedi, dans le cadre de l'enquête sur la mort du jeune Clément Méric. - -

Déférées vendredi soir, cinq personnes devraient être présentée à un juge d'instruction ce samedi, dans le cadre de l'enquête sur la mort de Clément Méric, militant d'extrême gauche mort dans une bagarre avec des skinheads mercredi.

Cinq personnes étaient déférées vendredi soir au parquet de Paris dans le cadre de l'enquête sur la mort du jeune militant d'extrême gauche Clément Méric, qui a fait descendre des milliers de personnes dans la rue.

Ces cinq personnes de 19 à 32 ans, dont une femme, gravitant dans les milieux d'extrême droite, devraient être présentées samedi à un juge d'instruction.

Les chefs d'ouverture de l'information judiciaire n'étaient pas connus dans l'immédiat. Le procureur de Paris, François Molins, doit tenir une conférence de presse samedi matin sur cette affaire.

Ayoub nie toute implication

Un homme de 37 ans avait été libéré en milieu de journée. Deux autres, dont une femme de 22 ans et un homme de 27 ans, ont été relâchés dans l'après-midi.

Selon les premiers résultats de l'autopsie, Clément Méric est décédé des suites de plusieurs coups qui lui ont été portés, pas du choc sur un plot métallique, a-t-on appris de sources proches de l'enquête. Selon une des sources, il n'est pas démontré en l'état des investigations que les coups aient été portés avec un coup de poing américain, comme cela avait pu être évoqué.

Selon une source policière, plusieurs des suspects déférés sont connus comme proches du groupuscule Troisième Voie et de son service d'ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), dont le leader, Serge Ayoub, a nié toute implication dans cette affaire.


A LIRE AUSSI:

>> Mort de Clément Méric: "les JNR de Serge Ayoub vont être dissoutes"

>> Toulouse: la préfecture interdit une manifestation des jeunesses nationalistes

>> Groupuscules d'extrême droite: la dissolution est possible mais risquée

A. K. avec AFP