BFMTV

Clément Méric est mort à la suite de coups reçus, 5 personnes déférées

Clément, en rouge sur la photo, lors d'une manifestation contre l'homophobie le 17 avril. L'autopsie révèle qu'il est décédé des suites de plusieurs coups reçus.

Clément, en rouge sur la photo, lors d'une manifestation contre l'homophobie le 17 avril. L'autopsie révèle qu'il est décédé des suites de plusieurs coups reçus. - -

Le jeune militant d'extrême gauche, mort après une bagarre avec des skinheads à Paris, est décédé des suites des coups reçus, révèle l'autopsie. Cinq personnes ont été déférées.

Deux jours après la violente agression qui a coûté la vie à Clément Méric, un militant d’extrême gauche de 19 ans, l’enquête progresse. Circonstances du drame, suspects, déclarations: BFMTV.com fait le point.

>> Clément est mort à la suite de plusieurs coups

Le jeune militant d'extrême gauche Clément Méric, mort après une bagarre mercredi à Paris avec des skinheads, est décédé des suites de plusieurs coups qui lui ont été portés, pas du choc sur un plot métallique. Cette constatation a été faite durant l'autopsie de la victime pratiquée vendredi, mais n'avait pas été confirmée de source officielle en fin de journée.

Selon une des sources, il n'est pas démontré en l'état des investigations que les coups aient été portés avec un coup de poing américain. S'appuyant sur un témoignage, une source policière avait initialement évoqué cette éventualité. Plusieurs coups ont été portés et non un seul, a ajouté une des sources.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse samedi à 11 heures au palais de justice.

>> Cinq personnes présentées samedi à un juge

Huit personnes dont deux femmes, gravitant dans les milieux d'extrême droite, avaient été placées en garde à vue en trois temps jeudi. Trois personnes, dont une femme, ont été remises en liberté vendredi. Les cinq autres ont été déférées vendredi soir, et seront présentées à un juge d'instruction samedi.

Parmi les suspects interpellés, âgés de 19 à 32 ans, figure l'auteur présumé du coup porté à Clément Méric qui, sous la violence du choc, était ensuite tombé sur un plot métallique. Agé de 20 ans, il a été interpellé jeudi à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis.

Selon une source policière, plusieurs des personnes arrêtées sont connues comme proches du groupuscule Troisième Voie et de son service d'ordre, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR).

>> Des rassemblements samedi

Des rassemblements sont prévus samedi en l'hommage de Clément Méric. Le premier, organisé à l'initiative des "Antifa", partira à 14 heures de Bréguet-Sabin, en direction de la place Gambetta (XXe). Le second, lancé par les administrateurs de la page Facebook "RIP Clément Méric", doit partir de Stalingrad.

Par ailleurs, une manifestation des JNR prévue samedi a été interdite vendredi à Toulouse par la préfecture, "compte tenu des risques importants de trouble à l'ordre public".


A LIRE AUSSI:

>> Groupuscules d'extrême droite: la dissolution est possible mais risquée

>> "Les groupes ultra-radicaux ont repris confiance"

>> Militant agressé: "il y a un discours qui favorise les violences"

A. K. avec AFP