BFMTV
Police-Justice

Quatorze légionnaires d'origine ukrainienne en route pour la Pologne interpellés à Paris

Neuf de ces légionnaires bénéficiaient d'une permission qui ne leur permettait toutefois pas de quitter le territoire, quand les cinq autres se trouvaient en situation d'"absence irrégulière".

Quatorze légionnaires ukrainiens ont été interpellés mardi soir à Paris dans un bus partant pour la Pologne, dans lequel d'autres passagers partaient vraisemblablement combattre en Ukraine, ont appris BFMTV et l'Agence France-Presse (AFP) ce mercredi de sources militaires. Une patrouille a été appelée par la police pour les arrêter.

Neuf de ces légionnaires bénéficiaient d'une permission qui ne leur permettait toutefois pas de quitter le territoire, quand les cinq autres se trouvaient en situation d'"absence irrégulière", dont quatre étaient déjà considérés comme "manquants", a déclaré à l'AFP le général Alain Lardet, le commandant de la Légion étrangère.

Ils ont été remis ce mercredi matin au Chef de corps du groupement de la Légion étrangère en Île-de-France, qui procède à des vérifications. 

Il était dans l'immédiat impossible de déterminer si les 14 hommes comptaient combattre ou simplement assister leurs familles ayant fui l'Ukraine, selon plusieurs sources militaires. Aucune arme ni équipement prohibé n'ont été retrouvé dans leurs bagages, ont-elles ajouté.

9000 "képis blancs"

À l'inverse, parmi les autres passagers civils du bus, certains étaient en possession de matériels indiquant qu'ils partaient au combat, a détaillé l'une de ces sources.

La Légion étrangère est une unité d'élite de l'armée française de plus de 9000 hommes, que peuvent rejoindre des engagés de 17 à 39 ans venus du monde entier. Après plusieurs années ou au nom du "sang versé" au combat, les "képis blancs" peuvent devenir français.

Parmi eux, 710 soldats d'origine ukrainienne, dont 210 ont déjà été naturalisés, et 450 d'origine russe, mais "aucune tension entre les communautés", a insisté le général Lardet.

Depuis le début de l'offensive russe, il y a toutefois eu "un gros trouble parmi les Ukrainiens, inquiets pour leurs familles", a-t-il poursuivi.

Interdiction de franchir la frontière ukrainienne

La Légion accorde à ces hommes, s'ils en font la demande, "une permission exceptionnelle de quinze jours" pour aller dans un pays limitrophe de l'Ukraine afin d'aller "accueillir" et "sécuriser" leurs proches mais elle leur interdit de franchir la frontière, selon son commandant.

Si 25 de ces permissions exceptionnelles ont été signées mardi et "beaucoup d'autres" le seront mercredi, les neuf interpellés à Paris mardi ne disposaient que d'une permission classique les cantonnant à la "métropole" française, a-t-il commenté. Ils ne devraient toutefois pas être punis car le nouveau régime de permission leur avait été mal transmis. Les cinq autres ont commis "une faute lourde contre le code d'honneur des légionnaires" et seront "sanctionnés par des jours d'arrêt".

Au total, 25 légionnaires d'origine ukrainienne ont déserté depuis une semaine, dont la moitié pour combattre les Russes, estime le général Lardet. "La Légion a coupé les ponts. Ils s'engagent pour une cause que je ne juge pas", a commenté le haut gradé.

Maxime Brandstaetter et F.B. avec AFP