BFMTV

Procès Agnelet: son ex-femme demande à être entendue

Maurice Agnelet, le 17 mars 2014.

Maurice Agnelet, le 17 mars 2014. - -

La première épouse de Maurice Agnelet, dont le fils, Guillaume, a accusé son père d'avoir tué Agnès Le Roux, en 1977, a demandé à être entendue en visioconférence, devant la cour d'assises.

Annie Litas, la mère de Guillaume Agnelet qui a accusé son père Maurice d'avoir tué Agnès Le Roux en Italie en 1977, a demandé à être entendue en visioconférence devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, a-t-on appris ce mardi, de source proche du dossier.

Annie Litas, 72 ans, première épouse de Maurice Agnelet, et qui vit actuellement près de Nice, a expressément demandé à la cour d'être entendue en visioconférence en raison de sa "fatigue", selon la même source.

Déjà entendue vendredi

Lundi, Guillaume Agnelet a affirmé dans une déposition à la justice que son père avait avoué avoir tué en Italie, près de Monte Cassino, sa maîtresse, Agnès Le Roux, mystérieusement disparue pendant le week-end de la Toussaint 1977. Il a notamment indiqué, par visioconférence depuis Chambéry, devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, que sa mère lui avait confié: "ton père a tué Agnès", expliquant tenir cette information "directement de lui". Annie Litas, déjà entendue par la cour vendredi, n'a jamais fait mention de ces faits auparavant.

Une autre ex-épouse devrait s'exprimer

Par ailleurs, selon une source proche du dossier, la cour étudie la faisabilité technique d'une visioconférence à l'ambassade de France au Mexique, où réside un autre témoin-clé dans cette affaire, Françoise Lausseure. Cette ex-épouse d'Agnelet a demandé lundi à témoigner au procès par visioconférence. Elle avait permis en juin 1999 la réouverture du dossier sur la disparition de l'héritière en revenant sur l'alibi qu'elle avait fourni à Maurice Agnelet, qui était son amant à l'époque des faits.

Maurice Agnelet, qui comparaît pour la troisième fois devant des jurés pour répondre de l'assassinat d'Agnès Le Roux, a été écroué lundi, dans la foulée des déclarations de son fils Guillaume.

A.S. avec AFP