BFMTV

Pour Marine Le Pen l'affaire Benalla est en train de devenir "l'affaire Macron"

Marine Le Pen s'en prend à l'attitude de l'exécutif autour de l'affaire Benalla

Marine Le Pen s'en prend à l'attitude de l'exécutif autour de l'affaire Benalla - BFMTV

La présidente du Rassemblement National (ex-FN) critique l'attitude de l'exécutif depuis l'éclatement de l'affaire Alexandre Benalla, et explique pourquoi elle a préféré prendre son temps avant de réagir.

Elle a souhaité patienter avant de s'exprimer pour la première fois. Aujourd'hui, elle détaille un peu plus sa position. Marine Le Pen estime ce samedi sur notre antenne que l'affaire Benalla se transforme peu à peu "en affaire Macron". Pour la présidente du Rassemblement National (ex-FN) le scandale va bien au-delà des faits du 1er mai et des violences commises par l'ancien collaborateur de l'Elysée:

"Un certain nombre de personnages ont des pouvoirs exorbitants. Qui leur a donné? Un certain nombre de personnages bénéficient d'une immunité. Qui leur procure cette immunité? Certains personnages sont protégés, mais qui les protège?" s'interroge Marine Le Pen à notre micro, avant de réclamer que la commission des Lois de l'Assemblée nationale se saisisse de l'affaire.

Une problématique "politique et démocratique"

"Nous sommes au coeur d'une problématique politique et démocratique fondamentale", continue-t-elle.

La députée du Pas-de-Calais fait également part de sa volonté de voir toute la lumière faite sur cette affaire:

"Tous ces gens semblent fonctionner dans une forme d'impunité totale. Il est fondamental de savoir qui les autorise à obtenir cette impunité."

"Dans cette affaire tout le monde s'enfuit"

Avant de déplorer l'attitude de l'exécutif depuis les révélations du journal Le Monde, publiées mercredi soir:

"Dans cette affaire tout le monde s'enfuit, personne ne répond. Gérard Collomb n'est pas là, le Premier ministre est sur le Tour de France, le président de la République s'est enfermé dans un mutisme qui transforme l'affaire Benalla en affaire Macron. La moindre des choses est que le président s'exprime", juge-t-elle encore.

Pour elle, le "mutisme" d'Emmanuel Macron suscite beaucoup d'interrogations et la technique du président de s'abstenir de tout commentaire est la pire qui soit.

Celle qui était qualifiée au second tour de la dernière présidentielle s'est enfin expliquée sur le temps qu'elle a mis avant de réagir à cette affaire, et qui a étonné plus d'un observateur. Il s'agissait, justifie-t-elle, d'attendre "que l'ensemble du tableau se dessine". Car, conclut-elle, il s'agit peut être aujourd'hui, après ces révélations en cascade, d'une véritable affaire de "police parallèle et secrète".

M. F.