BFMTV

PIP: cinq plaintes jugées recevables en appel dans le volet "blessures involontaires"

BFMTV

La chambre d'instruction de la cour a infirmé les ordonnances d'irrecevabilité prises par la juge Annaïck Le Goff, qui avait exclu de la procédure pour blessures involontaires ces cinq femmes au motif qu'elles n'avaient pas subi de rupture de leurs implants.

Mais pour leurs avocats, le seul fait de s'être fait retirer leurs prothèses, sur recommandation des autorités sanitaires, valait reconnaissance de leur statut de victime dans ce volet du scandale.

"La blessure involontaire est reconnue juridiquement lorsqu'il y a une atteinte physique, une atteinte morale ou une atteinte financière. Dans le dossier PIP, on a les trois", a fait valoir Me Philippe Courtois. "L'atteinte physique, on l'a forcément, de par l'intervention chirurgicale (d'explantation, NDLR) en elle-même", a-t-il ajouté.

Selon un bilan de l'Agence du médicament (ANSM), à fin octobre, 14.327 femmes avaient choisi de se faire retirer leurs implants PIP, dont 10.042 à titre préventif sur recommandation du ministère de la Santé. Parmi elles, près de 3.300 cas de rupture de l'enveloppe externe des implants ont été constatés, et près de 2.000 réactions inflammatoires.