BFMTV

Pass sanitaire: Ferrand porte plainte pour des menaces de mort contre des députés

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM), le 26 janvier 2021 à l'Assemblée à Paris

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM), le 26 janvier 2021 à l'Assemblée à Paris - Bertrand GUAY © 2019 AFP

Des députés ayant manifesté leur soutien à Emmanuel Macron concernant le pass sanitaire ont reçu des menaces de mort, selon un communiqué du président de l'Assemblée nationale.

Le président de l'Assemblée nationale a annoncé jeudi porter plainte à la suite de menaces de mort reçues par des députés soutenant les mesures vaccinales et le pass sanitaire annoncés lundi par le président Emmanuel Macron.

"Le président de l'Assemblée nationale constate que plusieurs députés ont fait l'objet de menaces de mort en raison de leur soutien à la stratégie vaccinale présentée" lundi par Emmanuel Macron pour lutter contre un regain de l'épidémie de Covid-19, indique un communiqué de l'Assemblée.

"Il ne saurait être toléré qu'un représentant de la nation puisse faire l'objet de tentatives d'intimidation visant à entraver l'exercice" de son mandat d'élu, poursuit le communiqué.

Par conséquent, Richard Ferrand "a décidé de saisir le procureur de la République de Paris" afin que "les auteurs de ces actes antidémocratiques en répondent devant la justice". Le communiqué ne donne pas de nom de députés menacés, ni leur nombre, ni plus de détails sur ces menaces et leur origine.

"Menace de mort très inquiétante"

Toutefois, la député LaREM de l'Hérault Patricia Mirallès a indiqué mercredi avoir été visée dans un message de ce genre.

"Dîtes aux autres députés de bien voter car à partir de maintenant c'est de vraies balles que vous allez prendre (je suis armé), faites attention où vous allez. Vous nous injecterez jamais le vaccin", selon ce message reproduit par la parlementaire sur son compte twitter.

Patricia Mirallès qualifie cette menace de "très inquiétante" mais ajoute quelle ne l'"intimide pas" et exprime sa volonté de porter plainte.

AL avec AFP