BFMTV

Paris: un homme interpellé avec deux longues lames attachées à ses avant-bras

-

- - GERARD JULIEN / AFP

Les policiers ont été intrigués par le comportement suspect du jeune homme samedi matin. Un sécateur et deux cagoules ont également été découverts.

Un homme de 27 ans a été arrêté samedi matin à Paris avec deux lames cachées dans ses manches. Il a été Interpellé par les policiers en fin de matinée lors d'un contrôle préventif dans le secteur de la gare Saint-Lazare, en marge du 27e samedi de mobilisation des gilets jaunes, rapporte Le Parisien ce dimanche, confirmant une information du Point.

C'est le comportement et l'accoutrement suspect de l'homme qui a mis la puce à l'oreille aux policiers. Équipé d'une cagoule retroussée au niveau du cou et d'un sac à dos militaire, dans lequel un masque noir et des lunettes de soleil ont été découverts, il s'est mis à accélérer le pas quand il a vu les forces de l'ordre.

Un dispositif artisanal

"Il avait une attitude suspecte et, au moment de la palpation, les policiers se sont rendus qu’il avait quelque chose de très dur au niveau du bras", a expliqué au Parisien Rocco Contento, responsable départementale à Paris du syndicat de police SGP-FO.

En garde à vue, celui qui se présente comme un fan de cosplay, une pratique qui consiste à reproduire les tenues des héros de jeux vidéo ou de mangas, a expliqué avoir conçu lui-même le dispositif artisanal de déclenchement des lames. Attachés par des scratchs autour du bras, des supports métalliques permettaient de faire tenir les lames. Le dispositif fait penser à celui utilisé par le personnage principal du jeu Assassin's Creed.

Les forces de l'ordre ont également retrouvé sur lui un sécateur et un badge de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP).

Déjà connu pour port d'arme, le jeune homme pourrait être déféré au parquet en vue d'une convocation ultérieure au tribunal. Le port d'arme de catégorie D, dont font partie les armes blanches, est passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Benjamin Rieth