BFMTV

Paris: les braquages dans les quartiers huppés se multiplient

Une bijouterie place Vendôme a été cambriolée ce mardi par deux hommes, toujours en fuite. Des vols qui se multiplient ces derniers mois dans les quartiers chics de la capitale.

L'histoire se répète. Ce mardi, deux hommes ont braqué une bijouterie Chopard située place Vendôme dans le Ie arrondissement parisien. Un quartier de la capitale très fréquenté par les touristes étrangers, notamment en raison des nombreuses boutiques de luxe qui le composent. Mais désormais, ce chic à la française rime avec braquage.

Ce mardi après-midi, un premier homme a pénétré dans la bijouterie Chopard avant de brandir une arme devant les employés afin qu'ils ouvrent le sas de sécurité. Son complice entre a son tour, muni, lui, d'une grenade qu'il exhibe également devant les salariés. Les deux hommes s'emparent d'un présentoir, vident les vitrines et prennent la fuite, à pied, en se mêlant au flot de touristes. Mardi soir, ils étaient toujours recherchés.

"Pas assez de policiers"

Le 11 décembre dernier, c'est une scène semblable qui se produisait dans une autre boutique Chopard, cette fois-ci située à seulement 40 mètres de l'Elysée, dans le VIIIe arrondissement, et ce malgré l'instauration de l'état d'urgence. Le butin était estimé à un million d'euros. En novembre 2014, c'est une bijouterie Cartier à deux pas des Champs-Elysées qui était braquée par deux hommes armés qui s'étaient réfugiés chez un coiffeur avant de se rendre.

Cette multiplication d'actes criminels dans cette zone de la capitale inquiète les riverains qui réclament plus de sécurité. Du côté des commerçants, on renforce la sécurité des boutiques. Insuffisant, selon eux. "Dès que la police disparaît physiquement du quartier, ça donne lieu à de nouveaux cambriolages", détaille à BFMTV Lydia Courteille, propriétaire d'une bijouterie dans le Ie arrondissement.

Une situation que déplorent les forces de l'ordre. "Sur le Ier arrondissement, il n'y a pas assez de policiers, insiste Stéphane Cazaux, du syndicat Alliance. En six, nous avons perdu 20 policiers, les collègues sont fatigués." Selon le syndicaliste, il n'y a plus d'équipe police secours dédiée à ce secteur. Quand un appel est passé au 17, c'est un véhicule d'un autre arrondissement qui intervient. Rallongeant ainsi les délais d'interventions.

J.C.