BFMTV

Paris: des propos antisémites entendus à la manifestation antiraciste, la justice saisie

Une banderole identitaire a été déployée pendant la manifestation antiraciste de ce samedi 13 juin à Paris.

Une banderole identitaire a été déployée pendant la manifestation antiraciste de ce samedi 13 juin à Paris. - Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Des propos antisémites, entendus lors de la manifestation antiraciste organisée ce samedi à Paris, ont été signalés à la justice par le préfet de police Didier Lallement.

La préfecture de police a annoncé ce samedi, sur Twitter, que le préfet Didier Lallement a signalé à la justice des propos antisémites qui ont été entendus lors de la manifestation antiraciste et contre les violences policières qui s'est tenue place de la République à Paris.

Au début du rassemblement, au moment où des militants du groupe Génération Identitaire déployaient une banderole parlant de "racisme anti-blanc" sur le toit d'un immeuble, des insultes antisémites, telles que "sales juifs", ont été proférées à leur encontre. 

Une vidéo partagée sur Twitter par l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, revue de la droite dure, rend compte de cette scène. 

La droite et l'extrême droite réagissent

Sur Twitter, plusieurs personnalités politiques classées à droite et à l'extrême droit de l'échiquier politique ont réagi à cette scène et ont en profité pour attaquer le ministre de l'Intérieur. 

"Ils disent lutter contre le racisme, en hurlant "sales juifs". En soutenant cette "émotion" contre la loi, M. Castaner a clairement aidé ceux qui veulent fracturer la France", a tweeté François-Xavier Bellamy, député Les Républicains (LR) au Parlement européen.

De son côté, Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national (RN) a jugé que les insultes antisémites sont le "consternant résultat de 'l'émotion qui dépasse les règles juridiques'". 

Il y a quelques jours, Christophe Castaner avait assuré sur BFMTV, concernant la tenue de rassemblements de plus de 10 personnes, alors interdits , que "l'émotion mondiale [...] dépasse les règles juridiques".

Clément Boutin