BFMTV

Paris: des coups de feu tirés sur les Champs-Elysées

Un policier a été tué et deux autres blessés sur les Champs-Elysées dans des échanges de coups de feu. L'auteur des tirs a été abattu par des tirs de riposte.

Des coups de feu ont été tirés ce jeudi soir sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, a appris BFMTV. Un policier a été tué et deux autres ont été blessés. L'un d'eux est en état d'urgence absolue. L'auteur de ces tirs a été abattu par des tirs de riposte des collègues des victimes, indique la préfecture de police de Paris. "C'est un bilan extrêmement lourd", a déploré le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

> Ce qu'il s'est passé sur les Champs-Elysées

Selon Pierre-Henry Brandet, à 20h50, un homme a garé son véhicule à hauteur d'un car de police de la Direction de l'ordre public et de la circulation dans lequel se trouvait des policiers. Il a ouvert le feu "a priori à l'arme automatique" sur le car où se trouvait le policier qui a été abattu. Il a ensuite tenté de prendre la fuite en courant en essayant de viser d’autres policiers qui patrouillaient sur le trottoir. Il en a blessé deux autres alors qu'une touriste a été légèrement blessée par des éclats de balles.

"Ce sont des policiers qui ont été délibérément pris pour cible", insiste le porte-parole de la place Beauvau.

Le drame s'est déroulé à hauteur du 102 de l'avenue des Champs-Elysées, au niveau du magasin Marks & Spencer. Une vingtaine de fourgons de police a été déployée à proximité. Des hommes de la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) ont été appelés en renfort. Un hélicoptère survole la zone. Des vérifications sont en cours. Une opération de déminage sur le véhicule de l'assaillant est également menée.

> Un assaillant connu des services de renseignement

L'identité de l'assaillant est désormais connue et confirmée, a annoncé dans la nuit le procureur de la République de Paris, François Molins. Agé de 39 ans, l'homme était connu de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour sa radicalisation. Il avait également été condamné à 15 ans de prison après avoir tiré, en 2001, sur deux policiers au terme d'une course-poursuite en Seine-et-Marne. Placé en garde à vue, il avait tiré, à nouveau, sur un gardien de la paix qu'il venait de désarmer.

> Le parquet antiterroriste se saisit de l'affaire

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur la fusillade au cours de laquelle un policier a été tué et deux autres ont été blessés jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris, a annoncé le parquet. Cette enquête en flagrance pour "assassinat et tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle pour commettre des atteintes aux personnes" a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.

> Hollande parle d'une piste "d'ordre terroriste"

"Nous sommes convaincus" que la piste est "d'ordre terroriste", a réagi François Hollande jeudi soir. "Un hommage national sera rendu" au policier tué, a aussi dit le président de la République. Le chef de l'Etat a été rejoint peu avant 22 heures à l'Elysée par le Premier ministre Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl et le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, pour faire le point sur cette fusillade dans la capitale. 

"Nous serons d'une vigilance absolue" pour sécuriser l'élection présidentielle, a assuré François Hollande. 

> Daesh revendique 

Le groupe Etat islamique a revendiqué la fusillade qui a coûté la vie à un policier et en a blessé un autre jeudi sur les Champs-Elysées à Paris, dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. "L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", a écrit Amaq.

> Stations de métro fermées

Les stations George V, Franklin Roosevelt et Champs-Elysees-Clemenceau ont été fermées par mesure de sécurité.

Justine Chevalier avec Cécile Ollivier